vendredi, novembre 28, 2008

La confidence

Avant-midi dans un café avec une amie.

J'allaite ma fille. Une dame entre alors que je souris à mon amie. Croyant que mon sourire s'adresse à elle, elle me sourit. Je lui souris alors d'un sourire qui lui est cette fois destiné.

La dame ne peut s'empêcher de me confier sa fierté d'être une nouvelle grand-mère: sa bru a accouché il y a quelques jours.

Le dialogue s'installe entre nous. J'aime bien ces discussions spontanées et sympathiques. La fière grand-mère m'offre la confiance de quelques confidences sur le deuil de son homme avec qui elle aurait souhaité partager cette toute nouvelle grand-parentude.

Au fil de la discussion, elle me regarde tendrement puis me demande si j'ai allaité longtemps mes enfants.

-Deux ans mon plus long allaitement et 14-15 mois mon plus court.

"Aaah! C'est bien!" me répond la dame. "Éprouvez-vous du plaisir physique à allaiter?"

-Oui, que je lui réponds sincèrement.

-Je me demande ce que ça fait d'allaiter un enfant plus vieux, me confie-t-elle en attendant une réponse.

Je lui explique ma perception de la chose: allaiter un nouveau-né, c'est un allaitement-fusion. Le bébé vieillit, le lien change, le bébé finit par vouloir se servir lui-même en plongeant la main sous le chandail, c'est mignon. Puis allaiter un bambin, c'est étirer encore un peu l'élastique du lien et c'est tout aussi précieux.

Poursuivant sur un ton de confidence, la joviale dame m'explique que l'allaitement a changé pour elle sa relation avec ses seins au fil de ses allaitements.

Elle me regarde, cherche à valider avec moi: "Sexuellement, je veux dire. "

Mon regard change un brin, incertaine de ce qu'elle est en train de me dire ou de vouloir me faire dire.

"J'éprouvais plus de plaisir sexuel avec mes seins après l'allaitement qu'avant" précise-t-elle.

(Oh, d'accord, on vient de changer de niveau de discussion!).

Son regard insiste poliment pour quémander mon appréciation de la chose.

-Euh...je...(vite, je réfléchis, évalue, pèse et soupèse cet aspect de ma vie intime, tente de savoir jusqu'à quel point je tiens à me lancer dans la confidence)...je n'ai pas encore vraiment fait de lien entre le "avant l'allaitement" et "après"...(on ne me rapprochera pas de ne pas lui livrer ma pensée profonde à cet égard)

Respectueuse du niveau de pudeur qui vient de s'établir, elle conclut: "Remarque, c'était peut-être l'homme qui faisait la différence..."

-Oui, oui, je confirme. Peut-être avait-il des aptitudes particulières à ce niveau...

(Bien que j'apprécie la spontanéité de ce genre de conversation, je ne peux m'empêcher de sourire intérieurement du changement de cap naturel qui survient parfois au gré des rencontres...)

2 commentaires:

Une femme libre a dit...

Les femmes ont entre elles cette faculté d'entrer rapidement dans l'intime.

Anne-Lise Nadeau a dit...

Mouahaha! Je me serais tellement sentie mal à l'aise que quelqu'un me dise quelque chose comme ça! J'ai une certaine pudeur en ce qui concerne la vie intime des inconnus! ;c)