vendredi, novembre 28, 2008

Esprit de sacrifice

Petit incident ce soir. Frédéric a voulu escalader son bureau qui a basculé sur lui.
Sur sa (dure!) tête: bang! Dégringolade du coffre de souvenirs de Thomas. Pleurs du petit garçon, papa a replacé le bureau, maman a consolé la vilaine frousse.

Ramasser ensuite avec soin et nostalgie le contenu du coffre épars sur le plancher.

Serrement de gorge devant la mèche de cheveux, la tuque rouge, la suce, le dernier bricolage, le bracelet de sa naissance, les souvenirs, la déchirure quotidiennement tue.

Puis, sur un bout de papier, un mot de Grand-Charme oublié faisant décupler mon amour pour lui comme un antidote contre le vide: "J'aurais donné ma vie à Thomas en me jetant devant lui s'il avait été tué par balle".

Un si grand esprit de sacrifice et de loyauté me touche.

4 commentaires:

Les Chroniques de la Couvée a dit...

Quel Grand-Charme!
Et quel Fred-Escaladeur!

Anonyme a dit...

Je suis terriblement contente d'entendre parler de Thomas, ça faisait longtemps !

L'amour fraternel est vraiment précieux... C'est rassurant de savoir que vos garçons existent dans ce monde, ça rend optimiste !

Enne

Caro et cie a dit...

Oufff... Heureusement qu'il y a eu plus de peur que de mal!!

Il est extraordinaire ce Grand Charme par sa grande sensibilité... Qu'a-t-il envie de faire plus tard?

Anne-Lise Nadeau a dit...

Émouvant, cette anecdote...