mardi, mars 18, 2008

Bureaucratie...et un peu de vrac...

Le côté plate des beaux projets, ce sont les tonnes de formulaires à remplir et à joindre aux documents officiels on ne peut plus standardisés. Je fais référence aux multiples demandes de passeports, aux exigences pointues. Suis tannée de répéter la même information tant de fois (pourquoi donc ai-je fait tant d'enfants? personne ne m'a jamais mise en garde..."si tu en fais un de plus...puis un autre, songe-y, ça te fera une tonne de paperasse bureaucratique de plus à remplir...mieux vaut y penser deux fois...")

La gastro est entrée dans la maison sans y avoir été invitée. Les enfants sont d'une désespérante turbulence et je cours comme une folle. Le doigt de Grand-Charme occupe beaucoup de mon temps (vous vous souvenez, en septembre, il s'était coupé un doigt nerfs-tendons-veine et avait dû subir une chirurgie pour tout remettre en place?). Les suivis en ergothérapie, les multiples téléphones pour trouver un hôpital où on acceptera de lui faire des ultra-sons malgré la controverse de cette méthode chez un enfant en croissance (son doigt ne plie plus), la particularité de son dossier pour laquelle je dois me battre pour faire respecter les exigences post-opératoires de la chirurgienne, les plaintes, l'insistance auprès de divers acteurs en physiothérapie, les séances de ping-pong sur répondeurs téléphoniques. Épuisant. Jamais je n'aurais pensé subir les contre-coups de cette mésaventure durant si longtemps.

Mon Grand-Charme, il est tellement agité depuis quelques semaines qu'il m'étourdit littéralement. Il s'extasie, prend ses grands airs théâtraux, mime à peu près tout ce qu'il raconte, parle vite et sans arrêt, a toujours une anecdote plus importante que n'importe qui à raconter, prend à peine le temps de respirer entre deux phrases. Ouf!

Ma santé mentale exige que je lui demande parfois de se taire. Simplement se taire. Lorsque je n'en peux plus, je lui fais la menace de la gousse d'ail. Vous connaissez? Cela sous-entend qu'il a des vers au derrière, problème auquel mon antidote le plus délicieusement cruel est la gousse d'ail (la plus grosse possible pour mieux terroriser vos petits anges) que je menace de lui insérer en guise de suppositoire afin de l'exorciser de son mal grouillant qui nuit à la quiétude familiale.

Mes gars ont tous déjà goûté au supplice de la gousse d'ail par l'orifice de service. Tous, ils s'en souviennent et contractent certains muscles simplement à entendre la menace planer.

Il arrive que ce soit efficace pour retrouver une certaine accalmie.

11 commentaires:

Mijo a dit...

Tiens, il faudra que j'essaie le remède de la gousse d'ail chez moi ;-)

Mais j'imagine tout de suite mes enfants téléphonant à ma belle-mère : "Allo Mamie, c'est un SOS. Maman est devenue folle. Envoie-lui vite ta recette de soupe d'ail car elle veut nous vermifuger directement avec la gousse d'ail dans le derrière".

Une femme libre a dit...

Héhé! Mes enfants à moi sont pires que ceux de Mijo, ce n'est pas la belle-mère qu'ils auraient appelée mais directement la DPJ!

La femme d'un militaire a dit...

Rassure moi... tu blague?

Grande Dame a dit...

Absolument pas! J'ai eu droit au meme traitement enfant et je ne vous raconte pas ce qui est sorti de moi!

Grande Dame a dit...

(Fils Ainé est plus contemporain dans son approche: devant l'énervement envahissant de son frère, il lui dit 'Merde! Ritalin, et ça presse!' (ce qui a aussi pour effet de terrifier Grand-Charme)

Solange a dit...

Je ne savais pas pour la gousse d'ail, enfant ma mère nous donnait des lavements,pas plus jo jo.

Grande Dame a dit...

Je viens de chercher sur le net et plusieurs recettes proposent de l'ail infusé dans de l'eau ou du lait qu'on boit à jeun au matin. Ma méthode est donc plus "agressive"...

Le Voyou du Bayou a dit...

Ahaha! Est bonne! J'ai lu tout dernièrement qu'un peuple ancien (Égyptiens?) avait appliqué le concept des suppositoires ail/oignons pour déterminer si une femme était enceinte. Si elle rote, elle n'est pas enceinte, si elle pète, elle est enceinte (ou vice versa). Dommage que j'aie pas pu te le dire plus tôt, j'imagine que ça t'aurais intrigué d'essayer le tout avec ton bébé en route...

Quoiqu'il en soit, cette chronique anthropologique fut divertissante, je l'espère.

Tangerine a dit...

Je préfère mettre de l'ail en petits morceaux dans la salade :D

Anonyme a dit...

Tiens, tiens, "J'ai eu droit au même traitement..." ça m'intrigue?"

Est-ce ton adorable mère qui aurait osée faire ça? Si oui, elle devait avoir enduite l'ail d'huile auparavant, ce qui a un effet moins dramatique et moins persécutant.

Et qu'elle monstrueuse bête s'est montrée la face, nous voulons savoir

Quoi qu'il en soit, je peux toujours offrir une gousse d'ail en prélude au chocolat pour Pâques, tu crois qu'ils comprendront le message.

Yopi a dit...

Pas banal!

Juste une question, comment fais-tu pour administrer le "remede" a tes enfants surement peu cooperatifs??

Bonne continuation pour ton site!