vendredi, janvier 11, 2008

Poisson!

Je suis une personne attentive aux campagnes de publicité, marketing et relations publiques de certaines entreprises, que j'en sois cliente ou pas. J'analyse, décortique, évalue, cogite. Dans les magasins, j'observe la mise en marché et la façon dont les marchands cherchent à se distinguer de leurs compétiteurs.

Mère, je suis évidemment sollicitée par mes enfants pour une panoplie de gadgets inutiles/gâteries/jouets/. Depuis longtemps, je conscientise ma progéniture aux objectifs marketing des entreprises et des marchands, dont l'objectif premier est de vendre, peu importe si l'objet de la vente nous sera utile ou pas.

Mes trois aînés sont devenus assez habiles pour déceler des stratégies de vente, ce qui me fait espérer qu'ils seront peut-être des consommateurs avertis. Je crois qu'ils éprouvent aussi une certaine fierté à percer quelques rudiments de vente. Ça les force à mieux évaluer leurs besoins (relatifs à leur âge, bien sûr) par rapport à ce qu'on leur offre.

Cependant, je suis incapable de prêcher par l'exemple lorsque sollicitée par du marketing olfactif. Je deviens la cliente idéale. Je suis fichue. J'éprouve beaucoup de mal à résister à l'odeur du pop corn au club vidéo, et ce même si je sais pertinemment que de succomber finira en mal de coeur. Idem au cinéma, où je peste contre les prix exorbitants et où j'avise mon homme chaque fois de m'empêcher de succomber. C'est une victoire chaque fois que je réussis à RÉSISTER!

Je suis très sensible aux odeurs. Comment résister à l'odeur du pain frais au supermarché? À l'odeur des bouquets de basilic frais qui surclasse celles de tous les autres légumes au marché? Comment résister à l'odeur de la chocolaterie? À l'odeur des livres neufs? Aux bougies parfumées à la vanille?

Je suis indéniablement le poisson parfait.

7 commentaires:

maman a dit...

Cher poisson,

merci du renseignement olfactif, je saurai comment allez à la pêche ;-)

Véronique a dit...

Oh ! Et en tant que "marketeuse", je te confirme que le marketing olfaltif est en pleine expansion.

Peut-être es-tu sensible parce qu'il touche un nouveau sens...

Peut-être qu'à force de "sentir" cette stratégie marketing, tu te bâtiras une meilleure "carapace olfaltive"...

Et j'avoue que ça serait assez dommage...moi aussi j'aime ça être bercer par les (bonnes) odeurs !

Bb a dit...

Pour ce qui est de l'odeur des livres, si tu veux te guérir, Grande Dame, je te suggère d'aller sentir un livre de Gallimard (coll. NRF / Bibliothèque des Idées). Ça pue l'encre comme sans bon sens (mais... vraiment...) Ça devrait t'empêcher de succomber aux prochains livres que tu croiseras!

Tangerine a dit...

Moi c'est l'odeur du café! Ou de mon chéri à qui je ne peux résister. Je suis le poisson parfait moi aussi haha!

Encre a dit...

Ici, fille n1 a toujours et immanquablement porté spontanément à son nez le moindre livre qu'elle a pu avoir entre les mains.
Cela a commencé lorsqu'elle était bébé, et elle n'a jamais dérogé à cette "habitude".

L'odeur du café rendait fille n2 carrément folle jusqu'à 18 mois. Comme si on lui avait donné le paradis à sentir.

Psychologiquement, je suis moi aussi très sensible aux odeurs. J'ai besoin d'odeurs d'agrumes et de bergamotte pour me vivifier, de l'odeur du jasmin pour m'apaiser. C'est d'ailleurs pour cet amour des parfums que je cultive les rosiers anciens. Le parfum poivré des rosiers Bourbon est intoxicant, l'odeur de myrrhe des Damas de même, c'est une vrai drogue! ;)

Tania a dit...

Moi aussi je suis sensible à certaines odeurs... par exemple, dans un jardin rempli de roses (il y en a tant à Londres, des milliers et des milliers de roses!!), c'est drôle de voir le désespoir de mon chum qui SAIT D'AVANCE que je vais m'arrêter à chaque "couleur" de rose pour sentir la différence...et vraiment, chaque variété de rose a son parfum, parfois poivré, parfois de pêche, parfois de vanille...fascinante expérience!! ;o)
Sinon, je suis bien accro à l'odeur du déo "Old Spice" de mon chum, au point où je lui ai interdit de s'acheter du parfum ou de changer de déo (il a fallu demander à une amie de lui en acheter en venant à Londres, pour qu'il n'en manque pas ici!).

Sinon, côté marketing, pour en revenir au sujet, mon petit frère a posté sur le site qu'il administre (www.poil.ca) (site d'informaticiens en quête de perte de temps, je vous aurai averti!) un article intéressant sur l'utilisation de l'odeur des biscuits au chocolat pour amener les gens à acheter; http://www.sciencedaily.com/releases/2008/01/080108140137.htm
C'est donc prouvé scientifiquement! ;o) Que peut-on faire contre notre subconscient?

Grande Dame a dit...

MOmz, comment résister à l'odeur de tes bonnes soupes?

Véronique, en marketing sensoriel, je donner la palme à la boutique Farfelu! Incroyable visuel, couleurs, magnifique, accueil toujours chaleureux. Cette boutique respire la créativité!

bb, ce sont tous les livres de cet éditeur?

Tangerine, je l'avoue: j'ai aussi été séduite par l'odeur de mon homme. Mais je crois qu'en réalité, c'est la faute du savon à linge qu'utilisait ma belle-mère. :)

encre, mon troisième fils avait aussi cette obsession du café...seulement lorsque c'était le mien: c'est qu'il savait que le mien avait un goût particulier. Eh bien quoi, vous n'aimez pas le Baileys dans le café, vous?

Tania, chanceuse! J'adore l'odeur des roses! Pour continuer dans la même veine, dans la vente d'immobilier (résidentiel), on mise sur les odeurs de cannelle pour séduire olfactivement les visiteurs. Un peu de cannelle dans de l'eau et hop la maison qui sent la tarte aux pommes! Qui donc pourrait résister?