mardi, janvier 29, 2008

Arrêt

La moitié de la maisonnée est dans un état lamentable. On tousse par-ci, on a mal à la gorge par-là, mal au ventre dans ce coin et on brûle de fièvre dans l'autre. Tout ce beau monde respire mal et ne carbure plus. Nous sommes en arrêt. Une convalescence quasi généralisée.

Au moins, tout le monde est vivant.

Après la mort de Thomas, j'ai rencontré sur un forum de discussion Cécile, une maman Française qui venait de perdre quelques mois plus tôt sa fille de 12 ans. Immédiatement, je me suis sentie proche d'elle car sa jolie Cindy, tout comme mon Thomas, était partie sans prévenir durant son sommeil.

Chacune de notre côté de l'Atlantique, nous nous sommes soutenues, nous avons attendu nos rapports du coroner ensemble en espérant que la cause de décès de l'une allait peut-être pouvoir mettre l'autre sur une piste. Nous étions tellement pleines de questions!

Voilà que j'apprends aujourd'hui qu'elle vient de perdre il y a quelques jours son fils de 21 ans de la même maladie génétique que sa fille. En deux ans et demi, PAF! La mort décime sa marmaille aux deux tiers!

J'ai le coeur labouré de penser que le destin puisse s'acharner sur une même personne ainsi. Ma compassion est une goutte d'eau dans l'océan de son chagrin.

Se faire arracher les entrailles une fois ne devrait-il pas nous immuniser à jamais contre un nouveau malheur de cet ordre?

12 commentaires:

nathalie a dit...

La Vie est parfois difficile ...
Mais !
Courage ...
Compassion ...
Amitié ...
Sont des pansements sur nos plaies...

Anonyme a dit...

Quelle tristesse, on lui envoie un peu de baume sur son coeur brisé!

Monique

¤Enidan¤ a dit...

Que c'est affreux !!

Mes plus sincères sympathies pour ta copine..

pistache a dit...

C'est une question que je me suis posé losque ma tante a perdu son fils de 17 ans (suicide) et que 20 ans avant elle avait perdu un bébé( malformation cardiaque)

Solange a dit...

Quelle terrible épreuve. Comment adoucir une si lourde perte? J'ai beaucoup de compations.

karijoliehotmail.com a dit...

j'avais justement la même réflexion la semaine dernière lorsque j'ai appris que trois taches ont été découvertes chez ma mère. Une fois le cancer dans une vie, n'est-ce pas suffisant? Elle qui s'est battu pour s'en sortir, elle qui fait attention à elle depuis maintenant 8 ans et pouff...le malheur refait surface! Il n'y a pas à dire, la vie se fait parfois dure chez certains!
Toutes mes pensées profondes vous accompagnent ton amie et toi.

GRENOUILLE VERTE a dit...

IL N'Y A PAS DE MOTS POUR EXPRIMER CETTE PEINE !

TOUTE MES SYMPATHIES À CES FEMMES (ET HOMMES )TERRIBLEMENT FORTES SUITE À CES ÉNORMES PERTES !JE SUIS DE TOUT COEUR AVEC ELLES....ET EUX !

Anne-Lise Nadeau a dit...

C'est incroyable. Un si lourd chagrin suivi d'un autre tout aussi épouvantable, des années plus tard.

On ne devrait jamais survivre à nos enfants...

J'envoie mes meilleures pensées à cette amie d'outre-mer. Et à toi aussi, pour qui ça doit éveiller de trop mauvais souvenirs...

kikou a dit...

Je suis une éternelle optimiste, même dans la douleur.Je ne peux moi-même concevoir une telle souffrance venant des entrailles. Même le père le plus bienveillant et aimant ne peut imaginer et sentir ce cordon invisible qui nous lie à nos enfants.

je pense toujours au choc que j'ai eu, lors d'une émission de Jeannette Bertand, dans laquelle elle recevait une jeune maman qui avait perdu ses 4 enfants assasinés par son conjoint. Elle n'avait plus rien. Elle était vide, de ses enfants. Pourtant, elle demeurait très sereine et ce qu'elle a dit m'a marqué à tout jamais. Voici: "Il pense m'avoir fait mal en m'enlevant mes enfants. Ce qu'il ne savait pas c'est qu'il ne pourra jamais me les enlever car ils vivent à l'intérieur de moi."

En espérant que ce témoignage puisse apporter un peu de réconfort à toutes celles qui ont perdu un ou des enfants. particulièrement à vous grande dame au coeur d'or.

Tangerine a dit...

Je crois sincèrement que rien ne peut faire plus mal à une mère que de perdre un enfant. Pourquoi le sort s'acharne sur cette femme?
Pensées d'amour à toutes les mères qui souffrent de cette perte, toi incluse Grande Dame.

Méli a dit...

Transmet toutes mes sympathies à ton amie, j'ai beaucoup de peine pour elle et sa famille, xoxox

Céline a dit...

Je ne sais que dire... La vie peut être si cruelle parfois... Transmettez à cette femme toute ma compassion.