mercredi, janvier 02, 2008

La montagne de Papi

La montagne de Papi, c'est le repère pour savoir quand on est presque arrivé chez mon père (!) après un long trajet pour les enfants. Lorsque de l'autoroute nous l'apercevons, c'est que dans quelques minutes, nous serons arrivés à bon port. La montagne de Papi, c'est celle-ci, qui est illuminée le soir et dont on soupire d'envie à la vue des pistes.

La montagne de Papi, c'est celle à qui nous avons succombé la veille du jour de l'an, juste avant de s'habiller chic et d'aller rejoindre la famille. C'est aussi la responsable de mon mal de cuisses et de genoux d'hier. Il fallait bien se dérouiller!

Je n'avais jamais skié sur autant de neige et nous avons passé des moments fort agréables!

Ma soirée fut marquée par l'observation intensive de l'argent investi pour le look chez les planchistes. Le père de mes quatre grands était un excellent planchiste innovateur (de la première vague au début des années 90), du temps où la marginalité de ce sport compensait largement pour l'importance du look, du temps où la culture du planchiste était encore à inventer.

Je ne suis pas une skieuse in vestimentairement parlant. Je possède de bonnes bottes, de bons skis, des vêtements d'hiver chauds, sans plus. Exit le look, et cela ne m'empêche pas de me considérer comme tout à fait présentable.

Skier et "plancher" sont des sports dispendieux en soi. Je suis perplexe de constater les évidentes dépenses encourues pour avoir, en plus de cette dispendieuse passion, le look intrinsèque à ce sport.

PS.: C'est une impression personnelle ou quand on se pète la gueule en planche, on a l'air téméraire, casse-cou et audacieux tandis que quand on chute en ski, on a plutôt l'air d'un incapable?

3 commentaires:

karim'agine a dit...

Je suis planchiste depuis plusieurs années. Pour avoir expérimenté les deux types de chutes (ski / planche)je peux dire que la chute en planche est plus spectaculaire. Le corps part tout sur le même bord...comme une roche il s'affale sur le sol. En ski, je trouve que la chute ressemble souvent à celle faite par un pantin. Le bras de gauche en l'air, l'autre à mis chemin entre le ciel et la terre, les jambes qui semblent être elles aussi tirées pas des ficelles!

Bref, téméraire, cool...ça dépend du comment la chute s'est produite. Et ce, peu importe qu'il soit skieur ou planchiste...Qu'est-ce que le sportif faisait?

Pour ce qui est du style, je vois tout à fait. Je me suis fait dire que j'avais un style "old school" par un jeune l'année dernière!

L'important c'est d'avoir du plaisir non?

Bb a dit...

Je me demande si c'est tant la chute qui fait le téméraire ou l'incapable que ce qui la précède. Un planchiste qui se plante en faisant son slalom a l'air aussi niouf qu'un skieur qui se plante lui aussi dans son slalom.

Je pense que c'est plutôt du côté du snowpark que le skieur a l'air d'un incapable quand il se plante.

Mais bon, question de perception puisque je ne fais ni l'un ni l'autre - suis pas assez habile quand il s'agit de se lancer en bas d'une pente, strappé sur un objet x. Tant et aussi longtemps que le fun est là, le look ou l'incapabilité, on s'en fout un peu :P

la marâtre a dit...

Pour être une débutante en snow, je peux te dire que te planter en snow et tomber sur les genoux (que j'appelle le style 4 pattes à terre) ou sur les fesses (le style 4 pattes en l'air), quand on est poches (qu'on va donc lentement en snow), les débarques sont tous aussi "gnoufs"... :D

Se planter et avoir l'air téméraire, ça prend du style pour ça. Comme je n'ai pas encore défini mon style autrement que les 4 pattes... enfin, tu vois le portrait! :)