vendredi, septembre 07, 2007

Réflexion vestimentaire et préjugés personnels

Hier, en cherchant le nom d'une ancienne copine du secondaire dans mon album de finissants, je me suis replongée dans mes souvenirs vestimentaires d'adolescence.

J'eus un choc en me remémorant le style vestimentaire du début des années 90. Bon, d'accord, je savais déjà que nous n'allions pas à moitié nues à l'école, mais j'avais "oublié" à quel point nous savions être jolies et féminines avec nos vêtements décents plutôt qu'avec notre chair offerte.

Je ne dis pas que les adolescentes d'aujourd'hui n'ont aucune personnalité en-dehors de leur habillement (ce serait très loin de ma pensée), mais seulement, je crois que la "beauté", il y a quelques années, était d'abord une joliesse d'ensemble plutôt qu'un corps suggestif détaché (apparemment?) de la fille qui l'exhibe.

Je suis chaque fois stupéfaite lorsque je circule dans l'école secondaire où enseigne mon homme de voir l'habillement et les décolletés abyssaux de certaines jeunes filles, les chandails au tissu limité exhibant généreusement hanches et haut des fesses, sans parler des jupes ras-minou et des sous-vêtements qui semblent chercher à atteindre la gloire comme un tournesol cherche le soleil (bon d'accord, j'ai l'air d'exagérer, mais ma formulation est jolie, non?).

Je me dis alors que même si l'école possède un code vestimentaire, dans l'application, celui-ci demeure un mythe presque rigolo. Dis-je cela parce que je traîne encore les vestiges de mon humiliation, à 16 ans, d'avoir été renvoyée chez moi par la directrice pour me changer sous prétexte d'un short trop court que j'estimais, du haut de mon jugement d'adolescente, tout à fait convenable?

Évidemment, même si elles demeurent majoritaires, ce ne sont pas toujours les élèves décemment (et joliment) habillées qui attirent mon attention au premier coup d'oeil (Dieu me pardonne!). Inévitable piège de la perception? Il m'est arrivé souvent d'avoir été séduite par la créativité, la détermination, les idées de grandeur, la verve, le sens de l'engagement, la générosité ou autres nobles qualités des élèves dont mon homme me parle ou encore de celles que j'ai observées dans les projets (parades de mode, spectacle amateur, scouts) qu'il chapeaute.

Je trouve remuant (je suis probablement beaucoup plus conservatrice que je ne l'ai toujours imaginé) de devoir être confrontée à mes propres jugements lorsque je croise une jeune fille à moitié nue. Cela me gêne, je me sens voyeuse malgré moi et j'ai tendance à apposer mentalement sur elle un étiquette: "jeune fille superficielle en pleine quête maladroite d'identité sexuelle" alors que la jeune fille possède certainement quelques unes des admirables qualités ci-haut mentionnées voilées tristement par son imposant dévoilement.

Évidemment, c'est la rentrée scolaire et cette thématique revient sur à peu près toutes les lignes ouvertes: port de l'uniforme vs mode contemporaire pas toujours décente. Il m'arrive d'être soulagée de ne pas avoir de fille...

6 commentaires:

Moi et ma couvée a dit...

Sur ce point, comme j'ai 3 filles, je préférais de loin l'uniforme!
En plus ça créé un sentiment d'appartenance.

souimi a dit...

J'ai deux filles et elles ne sont pas du tout attirées par la mode des "poupounes". Elles sont belles et s'habillent sobrement.
J'enseigne aussi au secondaire et sans vouloir généraliser, j'oserais dire que la sobriété vestimentaire est directement en lien avec les résultats académiques. Les élèves qui réussissent mieux n'éprouvent pas le besoin d'attirer les regards en se dénudant. Enfin,,, la plupart du temps. Et les filles qui ont le soucis de la réussite sont loin d'avoir un look de rat de bibliothèque. Elles sont belles, féminines, avec une tenue soignée et digne. Et elles attirent les garçons aussi magnifiques qu'elles.

Mais effectivement, lorsque je me promène dans les couloirs, je suis parfois surprise de voir la tenue de certaines. Chez nous, on les renvoie à la maison pour qu'elles changent de vêtements si la tenue est inadéquate.

Tangerine a dit...

Moi c'est quand je les vois, avec leur string bien en évidence dans le bas du dos . Il parait même que les garçons s'amusent à tirer dessus...Et les pauvres adolescentes qui sont mortifiées de devoir porter des petites culottes 'normales' lors de leur menstruation. Honnnn, pauvres elles!

small mama a dit...

ah mon Dieu que j'Espère que cette "mode" du presque nu soit termiée d'ici 10 -12 ans!!!

Annette a dit...

Mon mari espère que lorsque ma fille de 4 ans sera adolescente, on assistera à un retour de la mode indienne avec longues jupes et vêtements amples. Je n'irais peut-être pas jusque-là ...

Anonyme a dit...

Ouais, moi je ne compends tout simplement pas à quoi elles pensent, ces jeunes filles. N'ont-elles aucun respect pour leur corps? Doivent-elles absolument attirer les regards au point de "tout" montrer? Ça me dépasse!