samedi, août 02, 2008

Le territoire des autres

Petite pause de préparatifs de bagages le temps d'une réflexion. Je n'ai pas l'habitude d'intervenir sur le territoire des autres, lire ici la chambre de mes enfants sauf pour ordonner le ménage, faire le tri ou l'inventaire des vêtements, laver le plancher ou superviser certaines tâches.

J'ai ici deux enfants extrêmement ordonnés (qui sont dans la même chambre). Fils Aîné et Coco apprécient un environnement propre et rarement besoin est de quémander pour que les lits soient faits ou les vêtements/jouets rangés.

À l'inverse, Tout-Doux est bordélique et Grand-Charme, le Prince du Chaos. Sa chambre, c'est la brocante du quartier. Y pénétrer à ses risques et périls uniquement. J'en sors tout juste d'ailleurs au coût d'une sandale de cuir brisée en me pétant la gueule sur un plancher encombré.

Dans la chambre de ce dernier, on trouve de tout: des bidules non identifiables, des petits bouts de fil à souder, des dessins mêlés à des morceaux de casse-têtes, des piles de linge propre qui traînent entre son lit et le mur couverte du bran de scie des rénos que nous sommes en train de faire au sous-sol, des déchets, des... Mieux vaut m'arrêter là. Et les meubles de rangement récemment achetés ne changent rien à sa nonchalance domestique!

J'ai pris une liberté que jamais je n'ai osé prendre: éliminer le superflu (ce qu'il est incapable de faire lui-même) à son insu.

Je n'aime pas intervenir sur le territoire des autres. D'abord, c'est du boulot supplémentaire pour moi et je me sens intruse sur un territoire précieux à l'autre (bien oui, certains sont confortables dans leur bordel). J'ai tout mis au lavage le linge propre qui n'a pas été rangé tel que demandé et il devra tout plier ET ranger à son retour.

Cet enfant a la capacité de vivre dans un fouillis ténébreux. Dans plus dégagé, espérons qu'il sera plus apte à entretenir son domaine (je spécifie ici pour ma nomade de belle-soeur: plus longtemps que lors de notre voyage à Cuba!).

Et vous, vous immiscez-vous dans la gestion du bordel des autres?

Je retourne dans l'antre de l'enfer.

12 commentaires:

Grand homme a dit...

En homme prévoyant que je suis, lorsque j'ai construit les chambres au sous-sol, j'ai pris des dispositions particulières pour la chambre de grand-charme; Si vous vous perdez dans le chaos de sa chambre, n'avancez plus et creusez. Des flèches orange fluo, dessinées à même le plancher, vous donneront une idée approximative de la direction à prendre pour trouver la sortie !!!

Michèle a dit...

J'interviens, oui, en cas d'insalubrité et pour l'hygiène de base, comme le lavage des draps.

La façon dont c'est rangé (ou non) dans les tiroirs et les armoires, je laisse à la discrétion de l'occupant.

Mais pas question de supporter la vaisselle, la nourriture, les détritus. :)

Nanou La Terre a dit...

Hum...

Je me suis battue longtemps avec Fafouin pour qu'il se ramasse, puis, à un moment, vers l'âge de 7 ou 8 ans, j'ai abandonné. Trop d'énergie, pas assez de résultats.

J'ai trouvé un juste milieu pas trop énergivore pour mon cerveau: le Dimanche soir, avant de faire quoi que se soit, "tu te ramasses."

Évidemment, on n'a pas la même conception de ce que veux dire " se ramasser."Mais, il en enlève une couche au moins. Il reste toujours des coeurs de pomme secs mêlés à de vieux bas poussiéreux qui tiennent tout seul entre le mur et le lit, mais bon...

Les traîneries évoluent avec l'âge. Par exemple, maintenant, je trouve des boîtes de lubrifiant ouvertes, des graines de tabac secs, des vieux paquets de cigarettes vides et écrasés,des enveloppes de condoms à la fraise, des photos découpée dans les revues de gars...

Je prends çà avec un brin d'humour en me disant que Fafouin déplace beaucoup d'air, que tout çà vient mettre de la fantaisie dans ma vie de parent et qu'au moins, il est bien en vie et...s'intéresse à pleins de choses...hein?

Grande Dame a dit...

Vos points de vue sont intéressants. Je suis pareille: dans leur chambre, j'arrive à tolérer un certain bordel (tant que cela ne m'occasionne pas du boulot en double comme pour le lavage) mais l'insalubrité, les déchets, cela dépasse les limites de ma tolérance!

Il faut croire que mes supervisions ne sont pas assez étroites car ce que j'ai trouvé aujourd'hui dépasse l'entendement. :S

Véro a dit...

Ma mère a toujours, un peu comme tu l'écris, détestée "fouiller dans nos affaires", comme elle le disait. Elle détestait l'idée de s'immiscer dans notre vie, en rangeant nos choses. Comme dans le cas de ma soeur, cela était pire que pour moi (sa chambre, je pense, ressemblait bien à celle de Grand Charme!), lorsqu'elle atteignait nos ras-le-bol, elle ramassait tout le bordel, comme ça venait, et confinait le tout dans de gros sacs de poubelle vert et les mettaient à l'entrée de la chambre de ma soeur. Celle-ci n'avait du coup d'autre choix que de mettre un peu d'ordre dans tout ça, question de retrouver ce dont elle avait besoin. Le tri s'imposait du coup de lui-même... et ma mère n'avait pas trop l'impression de devenir une intruse dans la vie de sa fille! :-)

pistache a dit...

Quand je ne vois plus le plancher de la chambre j'exige un rangement. Je le fais rarement moi meme.

Anne Honyme a dit...

L'avis d'un "ado" : il arrive malheureusement à ma mère de ranger, nettoyer et déplacer des trucs dans ma chambre (en général les trois vont de pairs) sans me prévenir. A mon retour c'est systématiquement l'engueulade, un jour elle comprendra que ça ne se fait pas...

Le truc qui me dérange encore plus que l'intrusion non sollicitée c'est de ne plus pouvoir retrouver mes affaires : je ne les trouvent/cherchent pas en fonction de ce que j'ai sous les yeux mais suivant une copie en mémoire de ma chambre, évidemment si quelqu'un d'autre que moi déplace mes affaires tout est faussé, et je dois fournir un effort conséquent pour les retrouver...
ce qui est très très irrantant, surtout si j'ai besoin/envie d'un truc rapidement.

Une femme libre a dit...

Je n'entre JAMAIS dans une chambre qui n'est pas la mienne et leur lavage devient leur responsabilité très jeune. En fait, dès que du linge propre se retrouve au lavage, ce jour-là même, l'enfant a une leçon sur le fonctionnement du lave-linge et il reçoit son propre panier à linge sale en prime. Mon fils, qui était extrêmement bordélique dans sa chambre, a un appartement archi-clean.

Anonyme a dit...

Quand mes enfants «crêchaient» au sous-sol, je ne mettait les pieds dans leurs antres qu'une fois/sem. top. Là bien sûr j'exigeais un minimum vital avant toute permission (télé, XBox, sorties...) ce qui était relativement efficace en soi.

Maintenant que nous vivons centre ville, sur un seul étage, leur bordel naturel me dérange bien plus (je le vois et le sent!) Alors c'est grand ménage le samedi et ménage de base (lits, odeurs et sol visible) à tous les matins. Ils me trouvent ben fatigante, mais se sont résignés, puisque c'est encore obligatoire avant toute autre activité (sorties, ordi...)et inclu dans leurs tâches quotidiennes.Disons aussi que j'ai maintenant surtout des adolescents et que les légos, roches, coeurs de pommes, bébelles et petites autos... sont plus rares! La cave non finie est aussi réservée à leur bricolage d'armures médiévales (là j'y descend 1 fois au 3 mois top...)

De plus «coudon» (et c'est le bout encourageant pour toi) à force d'exiger un minimum vital de propreté, il semble que l'habitude se prend...

France

Sassenach a dit...

J'ai 34 ans et je suis une bordélique chronique. Il n'y a rien à faire. Ma mère et mon père ont tout essayé. J'ai même eu droit à un lit entièrement défait (complètement dévisé et démonté) pour m'obliger à tout nettoyer.

Rien à faire, 2 semaines après rien n'y paraissait et c'était aussi à l'envers qu'avant.

Pour le linge, si je ne le mettais pas dans le panier, c'était mon problème si je n'avais pas de linge propre. Et je n'avais pas le droit d'arriver une fois par semaine avec mon gros tas de linge sale. Si j'accumulait trop de linge, je devais m'en occuper moi même.

Je crois que des règles strictes concernant l'hygiène et la salubrité (pas de vaisselle ni de nourriture) mais sinon, si c'est seulement du linge, tu fermes la porte. Ils vont être tellement tanné d'avoir honte quand ils vont invités des amis à venir à la maison. Et comme disait Ann, on s'y retrouve dans notre bordel.

Et ceux qui disent que c'est moins pire avec une fille... C'EST FAUX!!! Mon frère hyper ordonné et moi tout le contraire.

Encre a dit...

Je me range sans hésiter du côté de Grand charme. Lorsque quelqu'un entreprend de mettre de l'ordre dans mon bordel, je ne m'y retrouve plus!

Grande Dame a dit...

"Anne"...bienvenue (je suis lue par une ado, moi?? :) )! C'est vrai qu'on se retrouve souvent dans notre bordel! J'aimerais bien que d'une seule demande, mon fils puisse arriver à retrouvre tous ses papiers de bonbons et ses crottes de cochon d'Inde!

Femme Libre, vous avez la touche pour rendre vos enfants autonomes!

France, voilà un bon compromis entre le respect du milieu de vie de l'autre et la propreté! L'hygiène, c'est "basic", quand même!

Sassenach (bienvenue à vous aussi!), vous semblez avoir un profil tout à fait semblable à Grand-Charme! :)