mercredi, juillet 16, 2008

L'espace

Lorsque je passe la journée chez une amie dont l'immense maison, ses plafonds hauts, ses innombrables et surtout spacieuses pièces me donnent l'impression de RESPIRER, je me demande toujours à mon retour comment je peux arriver à vivre avec ma famille nombreuse dans une si petite et modeste demeure.

L'étroitesse de tout environnement joue énormément sur mon moral. Dans trop petit ou trop encombré, j'étouffe. Je raserais tout pour repartir du vide.

Dans un espace dégagé et libre d'inutilités, de boîtes, de traîneries, je respire. Je pense mieux, je crée mieux, je me définis mieux, je me sens plus sereine, plus posée, moins lasse.

Je suis l'effet de mon environnement.

6 commentaires:

Anonyme a dit...

Je seconde.
Moi, j'étais juste pas capable d'étudier quand c'était le bordel. À l'époque où j'avais des colocs, je finissais par me tanner d'attendre que tout le monde se ramasse et je finissais par le faire, sinon j'avançais à rien... Maintenant que j'ai une famille, ben..... c'est encore pareil !(c't'encore moi qui ramasse pour pouvoir ENFIN penser..)
Je crois que je me fais avoir moi là...
Nathalie

Intellex a dit...

Je seconde celle qui seconde !
Y'a que ma bibliothèque que je peux endurer "chargée". Pour le reste, ça doit respirer, ça doit être aéré. Chéri capote parce que j'insiste pour qu'il n'y ait qu'un lit dans la chambre à coucher. Rien d'autre, sinon une jolie housse de couette et des rideaux. Point-barre. C'est mon espace-temps libre. Que du vide et un terrain de jeu !
Mais quand les enfants appartiennent au territoire, veut, veut pas, ils prennent également possession de tous les racoins !

Anonyme a dit...

Je suis comme toi... Là, tu aimerais ça chez moi! À cause des rénos, il n'y a plus rien hihihi

Virgie

Encre a dit...

Idem ici, on aime les grands espaces. Mais on se console de ne pas y avoir droit en réalisant que coût écologique de ces grandes maisons. Déjà, si tous les habitants de cette planète vivaient dans un petit bungalow de ville comme le nôtre, ce serait plus que la planète ne pourrait le supporter comme coût environnemental. On se dit donc qu'on est déjà assez privilégiés comme ça, mais ça ne nous empêche pas d'être jaloux de ceux qui ont plus grand - total jaloux ;-)

Solange a dit...

Plus c'est petit et encombré, plus c'est difficile à entretenir.

Pur bonheur a dit...

Je sais ce que tu veux dire. Je viens de refaire ma chambre et je n'ai remis que la moitié des meubles. C'est tellement plus beau et relaxant.