jeudi, avril 03, 2008

Les sous-entendus des parents indignes

Devant les enfants, certains sujets d'adultes peuvent parfois devenir encombrants pour les chastes oreilles (autant que pour la conscience parentale).

Les adultes se voient donc dans l'obligation de trouver par dépit des chemins détournés pour parler de ce sujet qui intéresse tout le monde mais que l'on doit parfois taire en certaines circonstances. Ils développent naturellement un langage de sous-entendus leur permettant de demeurer apparemment moraux devant la gent enfantine. La plupart du temps, les enfants n'y voient que du feu et ne saisissent rien à la subtilité des propos qui suscitent une pas toujours discrète hilarité chez les parents.

Ainsi, la femme de mon cousin m'expliquait qu'un soir, alors qu'elle aidait son jeune adolescent dans sa recherche sur les différents types de nuages, elle ne put s'empêcher de taire certains commentaires à l'endroit de son mari. Le fils avait déjà noté le stratus, le cumulo-stratus, le cumulo-nimbus, etc. La mère se permit de rajouter qu'il y avait aussi le c****lingus, que les femmes appréciaient particulièrement. La mère et le père, via les devoirs de leur fils qui n'y voyaient que du feu, se firent donc la cour à la sauce météo. Romantique, n'est-ce pas?

Récemment, une amie célibataire vint souper avec ses enfants. Alors qu'elle nous racontait avec enthousiasme qu'un de ses voisins (qui porte aussi le chapeau d'insistant soupirant) avait fait faire aux enfants de la coopérative une soirée de camping d'hiver qui fut grandement appréciée de tous, l'amie fit allusion à l'équipement de camping du voisin.

Grande amateure de plein-air, cela ne put que susciter mon intérêt. Je tentai d'en savoir plus sur ledit équipement, ce qui eût pour effet de faire rougir mon amie. Comme mon aîné était présent et ne ratait pas un mot de la discussion, elle dû user d'imagination pour peaufiner la métaphore.

Ainsi, le voisin avait un équipement haut-de-gamme qui tenait au chaud, qui éloignait l'humidité (!), qui était ferme et fiable, etc. Alors que Grand-Homme, mon amie et moi redoublions d'hilarité à chacune des nouvelles métaphores trouvées, Fils Aîné se berçait à côté en réfléchissant très fort au gag qui venait sans doute de lui passer sous le nez. Parce qu'entre vous et moi, il n'y a pas de quoi se rouler par terre à causer tentes, toiles et sacs de couchage.

Ce soir, ce fut au tour de Coco de demeurer perplexe devant la perversion morale de ses parents tentant de l'aider à formuler des phrases à partir d'une liste de mots fournie pour une dictée. Grand-Homme et moi usions brillamment de verve et de verbe à double sens en nous tordant de rire alors que planté à côté des êtres indignes que nous sommes avec son cahier dans une main et son crayon dans l'autre, Coco ne voyait vraiment pas ce qui nous dilatait la rate ainsi. Lui, le sage élève, se préoccupait réellement de son devoir.

Candidement, il répétait entre nous les phrases indignes puisées à même sa liste mais dont il ne soupçonnait pas le sens et la portée suggérés par nous, ignobles parents. Évidemment, nous n'avons approuvé comme devoir final qu'uniquement des phrases chastes et morales ne comportant aucun sens figuré.

Devant la galerie des enseignantes, je sais m'improviser mère morale, quand même.

3 commentaires:

maman a dit...

et si ces chastes oreilles répétaient du mot à maux entendus innocemment à son prof...ça ce serait encore plus drôle.
mer per vertis

Tangerine a dit...

Mon fils à cet âge avait utilisé le mot 'adultère' de mauvais façon dans un texte et j'étais littéralement pliée en imaginant la réaction de son prof en lisant son travail. Mais , oh dommage ,j'ai oublié ce qu'il avait écrit.

souimi a dit...

Lorsque j'enseignais en première secondaire, il arrivait assez souvent de trouver des perles assez cocasses sur les copies.
Le féminin de veuf? vache
le féminin de héros? hhhérotique
Comme lieu des actions d'un récit d'aventures, j'ai eu, une fois: le Beigne La Dèche.
:-)