lundi, avril 28, 2008

Maintenant je sais...

Les semaines les plus interminables de ma vie: la dernière semaine de chacune de mes grossesses, la semaine où je venais d'apprendre que j'étais enceinte de Thomas et que mon homme partait pour la Belgique, la semaine où nous avons attendu de revoir le corps de Thomas (une semaine horrible à imaginer son corps de petit garçon que j'aurais tant voulu réchauffer alors qu'il attendait le pathologiste dans un réfrigérateur à l'hôpital et que je ne pouvais rien y changer) et cette semaine à Cuba si loin de mes Amours. Je ne supporte pas ma propre impuissance dans une situation où le lâcher-prise est nécessaire.

Il fallait aller jusqu'au bout de cette semaine, je le sais bien, pour arriver à décrocher. Je sais toutefois maintenant que je ne supporte pas devoir dépendre d'un avion ou de quoi/qui que ce soit d'autre pour rentrer chez moi. J'aime avoir le choix de pouvoir partir immédiatement si c'est ce que je souhaite (ce que j'aurais fait impulsivement au bout de trois jours si cela avait été possible).

La contrainte de la distance m'a donc obligée à passer cette semaine entière loin de mes enfants. J'en suis heureuse (je peux le dire maintenant que je suis rentrée) car j'ai à présent une référence pour mesurer ma (faible) capacité à m'éloigner et à confier mes enfants à (de très dignes) d'autres.

Je sais maintenant que je serais incapable de partir en Europe DEUX semaines sans les enfants. Je sais que si nous repartions en voyage, il y a de fortes chances pour qu'ils nous y accompagnent. Je sais que je ne suis pas faite pour les "resorts" de touristes qui se font cuire sur la plage des heures durant. J'ai besoin de visiter, de me déplacer, de découvrir, de me mêler à la population locale. Je sais que je ne suis pas faite pour ne rien faire (ça je le savais déjà).

Je sais maintenant que j'ai besoin d'avoir de vrais produits laitiers dans mon alimentation. Je sais que je suis une mère désespérément freak. Je sais aussi que je vais dorénavant m'assurer qu'il n'y a pas de scorpions dans le pays que je visite si je décide de marcher pieds nus dans un champs.

J'en sais maintenant un peu plus sur moi, mes limites, mes capacités. Mes besoins, aussi. Un voyage exploratoire et salutaire, donc.

8 commentaires:

La femme d'un militaire a dit...

Parfois il faut aller si loin pour comprendre ce qui est si proche et caché à l'intérieur de soi...

Dr Maman a dit...

C'est une belle découverte qui pourra assurément servir à l'avenir! Heureuse de voir que le voyage a apporté son lot de réflexion.. Rebienvenu parmi nous!

Kay ;-) a dit...

Ha la la....
Et moi je joue a l'Autruche jusqu'a mon départ du 20 mai...premiere fois que je laisserai mes enfants pendant 6 long jours...
Je sais que ca me fera du bien! que ce sera magique et romantique (romantisme et spontanéité....on l'oublie hein avec les enfants!!!)
Mais si avec tous tes petits hommes tu as survécus psycologiquement, ca me motive a continuer d'imaginer que ma mere sera aussi protectrice que moi pour mes enfants.
Bon retour!

Grande Dame a dit...

En fait Kay, je n'ai pas tant de problème à me détacher de mes quatre grands qui comprennent ce qu'est un retour.

Ce fut pire avec mon petit de deux ans et demi. Je craignais qu'il ne craigne (!) que nous ne revenions pas, JE m'ennuyais, JE passais mon temps à me dire "Ah! Si les gars étaient là, ils adoreraient tel truc...".

Mais oui, de belles découvertes sur moi-même...

Cricri a dit...

Bon retour !

La mi-trentaine a dit...

Nous aussi, nous sommes contents de te retrouver!!!
Bon retour!

Solange a dit...

Je vous comprend très bien, c'est une chose que je n'ai jamais pu faire. Nous les avons toujours amenés dans tous nos voyages et c'était très bien.Par contre pour d'autes ce n'est pas des vacances. Ça dépend des caractères.

Kay ;-) a dit...

C'est effectivement le meme probleme que toi qui me tracasse, mon fiston sait bien que je reviendrai, mais ma petite de 18 mois perdra son repere, son épaule pour consoler ses pleurs, la seule personne qui comprend son language, et ses signes....c'est ce qui me brise le coeur. Nous revenons a peine de voyage avec les petits, et savons que nous désirons voyager avec eux, mais cette fois, c'Est un voyage de récompense avec la Cie de mon chum....donc vacances parentales obligés!;)