vendredi, décembre 21, 2007

Hésitation

Plantée devant le miroir, j'hésite entre deux colliers pour accompagner ma tunique.

Tout-Doux passe par là. Je l'interpelle et lui demande son avis.

Attentivement, il considère les deux bijoux: "Les deux ensemble sont jolis... Si tu mets juste lui (il le tâte délicatement), ça fait plus "douceur". (Il poursuit son évaluation) L'autre est plus spécial...je dirais que c'est lui que tu devrais porter ce soir."

Il s'éloigne, puis considérant mon air toujours perplexe, il revient et affirme doucement du haut de ses huit ans d'expérience: "Tu sais maman, tu peux bien me demander mon avis, mais c'est ton collier; c'est ton goût à toi qui compte. C'est toi qui vas le porter. Tant pis si tes amies n'aiment pas ça. Moi, jamais Francis ou Helaman n'ont jugé ce que je portais."

Petit sourire encourageant, puis il me laisse mûrir ma réflexion.

Mes "amies" n'ont qu'à bien se tenir: je sors avec la blonde de mon ex ce soir.

5 commentaires:

Anne-Lise Nadeau a dit...

Tu es bonne de faire une sortie en telle compagnie! Je te lève mon chapeau...

Grande Dame a dit...

Je t'assure qu'elle est, jusqu'à maintenant, tout à fait charmante et me semble plus une alliée dans l'ombre qu'une ennemie...ma perception. :)

Anne-Lise Nadeau a dit...

Quelle sagesse! Bravo!

Une femme libre a dit...

Ce Tout-Doux ne manque pas de grand charme lui non plus, il me semble. Comment va Fils Aîné, mon ado préféré?

Grande Dame a dit...

Femme Libre, son attitude me touche bcp. Il est affectueux, soutenant, rôde autour de moi discrètement comme un bienveillant garçon connaissant le chagrin de la perte de sa mère.

Fils Aîné est introverti, parle rarement de ses sentiments mais aux funérailles de son Papi, il lui a écrit qu'il lui faisait étrange de le voir dans son cercueil car il lui avait toujours paru immortel. Ce mot m'a grandement touchée car il rejoignait aussi ma propre impression.

Solonellement et avec bcp de dignité, mon aîné a porté le cercueil de son papi parmi mes grands cousins, frère et oncle. Il était grandement à la hauteur. Ce geste aurait rendu mon père très fier.