jeudi, juillet 26, 2007

Libre

Enfin terminé ce cours de marketing en affaires électroniques auquel je m'étais inscrite dans l'espoir de pouvoir bien rendre un contrat que je n'ai pas obtenu.

Ma mère avait (encore) raison: je m'en étais trop mis sur les épaules avec cet engagement supplémentaire (mon premier cours de deuxième cycle), aussi intéressant fut-il. Moi et mes idées de grandeur!

Avec du recul, je me rends bien compte que c'était utopique de ma part d'espérer suivre un cours tout en prospectant, réseautant, m'occupant de ma maison, m'impliquant au Bureau des diplômés de mon université, siégeant sur le conseil d'établissement et au comité de parents de la commission scolaire et en tentant également d'être une dirigeante de micro-entreprise-solide-qui-a-de-la-vision-et-de-l'ambition-tout-en-étant-d'abord-et avant-tout-une-mère.

J'avais juste oublié que j'étais humaine, que les humains ont besoin de respirer de temps à autre et que mon deuil allait me rattraper même si je calfeutrais tous les trous de ma vie par des responsabilités supplémentaires. Il fallait que je craque et j'ai craqué. Ai donc mis de côté l'entreprise pour réfléchir à ce que je voulais vraiment qui était dans mes compétences et intérêts RÉALISTES.

J'ai abandonné un comité, puis l'entreprise aussi après plusieurs mois de réflexion(dur coup pour l'égo), mais je n'ai pu me résoudre à abandonner ce cours, qui me servira assurément ailleurs, j'en suis certaine.

À présent, je peux poursuivre la rédaction de mon livre, ma recherche d'emploi, jardiner ou même lire sans culpabilité parce que mon cours est
F-I-N-I!

Sentiment d'accomplissement tout à fait bienvenu. Je me trouve tenace d'y avoir mis le point final par une journée de chaleur accablante pareille.

8 commentaires:

Anne la Banane a dit...

Tu es bonne d'avoir enfin réussi à te mettre les "points sur les I". J'ai très hâte de lire ton livre!

Si tu te cherche un nouvel emploi et que rien ne t'inspire, pourquoi pas un autre petit pour agrandir toujours et encore la famille? Ça occupe une grossesse haha!

Fragments de lucidité a dit...

Je vous trouve plus que tenace d'accomplir toutes ces choses en même temps que d'être une mère attentionnée et dévouée, une écrivaine talentueuse et une femme ambitieuse et remplie de sagesse! Vraiment, vous m'épatez! Maintenant, prenez le temps de souffler...et profitez de votre p'tit coin de verdure et de votre oasis pour tout ceux qui suffoquent dans leur petit 3 et demi montréalais! ;)

Gâtez-vous maintenant que ce cours est enfin terminé!

souimi a dit...

Félications pour avoir terminé ce cours.
Je ne sais pas ce qui nous prend à un moment donné de notre vie. J'ai vécu ça aussi. J'ai eu une urgence de m'étourdir aux alentours de 35 ans. Je travaillais à temps plein, j'avais 2 enfants ( 7 et 2 ans), mon mari travaillait à Toronto, ce qui impliquait qu'il partait le dimanche soir et revenait le vendredi soir. Aussi, je faisais ma maîtrise à temps partiel. Donc, lorsqu'il revenait le vendredi soir, je me garochais dans mes livres et je flyais à l'université pour la fin de semaine. Une vraie folle.
J'y ai laissé des plumes...
Je me suis calmée depuis. Et j'adore les choix que j'ai faits. Graduellement, j'ai appris à être équilibrée, à respecter mes propres limites et à profiter des choses simples de la vie. Et j'ai surtout compris que je m'étourdissais pour rien. Je n'avais rien à prouver à personne. Et j'ai officiellement décidé de vomir la mode de la performance à la con. Pour profiter de ma famille, de mon travail que j'aime tant et de ce que j'aime.
L'avoir a laissé la place à l'être. C'est tout. Et c'est bien.
Félicitations!...

Belle d'ivory a dit...

bravo quel soulagement ca doit être...tu dois te sentir d,uen légèreté et d'une fierté

Grand homme a dit...

Je te l'ai déjà dit, mais publiquement, une fois de plus : Bravo mon amour, tu es formidable.

Mélodie a dit...

Bonjour Grande Dame,

J'ai abandonné la blogosphère le temps de refaire le plein d'énergie. Aujourd'hui, par curiosité, je suis venue vous visiter. C'est toujours un plaisir, un écho à mes péripéties, une douce sensation de réaliser que quelqu'un d'autre sait, comprend et craque.

Je n'ai jamais voulu choisir entre le travail, les études et les enfants. Je veux tout en même temps. En septembre, je commencerai un programme de deuxième cycle et je retournerai probablement au travail d'ici là. Je n'ai que trois enfants, mais je suis tout de même essoufflée, juste à y penser.

Alors, je vous félicite sincèrement pour ce bel accomplissement, pour les sacrifices, les compromis et la persévérance.

J'espère un jour pouvoir serrer la main d'une aussi Grande Dame.

Mélodie

Tangerine a dit...

Je trouve ça dommage de voir des jeunes femmes penser qu'elles peuvent tout faire en même temps. J'ai déjà fait partie de celles-là avec ma job à temps plein , dirigeant notre entreprise et 30 employés, avec quatre enfants à la maison. Oufff!
On dirait qu'on a besoin de voir nos limites et sages sont celles qui après les avoir rencontrées , décident de faire plus attention à elles.
Nos enfants méritent-ils vraiment d'avoir une mère complètement vidée?

Grande Dame a dit...

Anne, vilaine, tu veux m'achever?

Fragments, que de fleurs vous me lancez! Je rougis...

Souimi, quelle vie bien remplie de femme ambitieuse! Je me demande parfois pourquoi je ressens le besoin d'en faire autant...le sentiment de vide? Besoin de valorisation, de gratification? Au bout du compte, c'est quand même tjrs ma famille qui demeure ma priorité. Chapeau pour vos accomplissements!

Mélodie, je suis comme ça aussi, je n'aime pas les compromis. Mais il faut faire attention de ne pas se brûler. Fais attention à toi: s'en mettre beaucoup sur les épaules peut nous faire carburer à l'adrénaline, mais la ligne est parfois même entre la pression positive et la pression qui nous fait flancher. Ne t'oublie pas.