mercredi, janvier 10, 2007

Otage de l'insomnie

J'ai eu une misère folle à me tirer du lit ce matin. Ai été "travailler" (me semble, oui, avec un cerveau en compote) dans un café avant d'aller rejoindre un ami pour dîner.

En l'attendant, je regardais avec désolation mes mains trembler. Évidente manifestation de la fatigue extrême des dernières semaines. Mon corps craque. Non Momz, je n'ai pas pris mon fer et j'oublie mes vitamines. Il faudrait me les attacher au cou. Je suis vilaine, vilaine fille.

Dormir fut, toute la journée durant, l'objet de mes plus pervers fantasmes. Je suis revenue à la maison, ai réussit un exploit: faire fi du boulot dans le but avoué de faire une sieste. Ça devenait vachement urgent. Eh bien niet, ma volonté n'a pas suffit.

Moi qui tombe toujours comme une bûche (ou était-ce comme une mouche? Un poil sur la soupe? Un oeuf? Ou plutôt un boeuf? Et puis merde.) en moins de deux, j'ai été incapable de mettre mon cerveau à off. Essais infructueux durant deux heures.

Ce soir, fatigue extrême. Intolérance totale au bruit. J'ai pris la peine d'annuler mon cours de piano. Sans remords.

À table, nous avons fait des devinettes de répliques de films. Mes gars sont épatants, ils ont l'intonation, le débit, la mémoire, l'émotion.

Fils aîné et Grand-Charme m'ont fait mourir de rire avec leurs répliques de Forrest Gump empreintes d'une exquise candeur.

J'ai bordé mes mousquetaires. Petit Caractère et Douceur me font sourire. Chaque soir, ils me demandent la permission de dormir sur le plancher. Ils sont fous de joie lorsque j'accepte. Ils dorment chacun leur tour à côté de la trappe à chauffage dans un amas mal défini de couvertures, d'oreillers, de Légo et de petites voitures. Parfois directement sur le plancher (très peu confortable, mais ils y tiennent!).

Petit Caractère m'a confié son espoir que je fasse des "cookies". Je lui ai expliqué qu'il allait être heureux d'apprendre que j'allais justement préparer des biscuits.

-Non, non maman, moi je voudrais des cookies.

-Ce sont des biscuits.

-Moi j'aimerais mieux des cookies. Parce que tante Nicole, elle fait des cookies, elle.

-Poupou, des cookies et des biscuits, c'est la même chose.

Il a pris soin de préciser qu'il désirait des "cookies beiges" comme ceux de sa tante. Voilà mon erreur. Mes biscuits sont dorés.

Je suis claquée, me suis promis de me coucher tôt. Mais il fallait bien que je tente la recette de biscuits/cookies bruns de La Belle Rousse.

Puis, incapable de démordre de mon livre, j'ai encore repoussé l'heure.

Enfin au lit à une heure "correcte" même si tardive, incapable de dormir. Cerveau sur les speed.

J'estime que lorsqu'on en vient à avoir des nausées, des tremblements, une splendide incohérence, des fous rires incontrôlables et des envies de pleurer gratuites à cause de la fatigue, on devrait tomber, eh bien NON.

Pfff.

4 commentaires:

FD a dit...

Bain chaud ? séances de relaxation ? je compatis. Parceque je connais aussi. J'envie les gens qui ne se réveillent même pas lorsque Bébé pleure...

Anonyme a dit...

Moi, j'arrive à peine à terminer mes scéances de visualisation et paf! Je ronfle...
Peut-être que si tu te visualises en train de dormir...
Je sais pas quoi te dire, ma belle, moi, quand je dors pas après 15 minutes, je me lève et je vais écrire...

Yannou a dit...

Tu fais du sport? Quelle sotise écris-je! Tu n'as pas une minute à toi avec tes gars! Mais bon, si jamais t'arrive à "scuizer" une heure d'activité physique dans ta journée, ça pourrait t'aider à vider ton esprit pour atteindre ensuite le sommeil. Parfois seulement une marche de 30 minutes avec d'aller au dodo fait une grande différence. De toute façon, il fait tellement doux... et si tu te sens d'attaques, je te recommande le Yoga... remède magique pour t'aider dans bien des aspects de ta vie, de ce que tu vis. Bonne chance, chère dame.

Kinishao a dit...

Tout pareil ... sauf que moi j'ai pas 5 bonnes raisons pour cela ...