mercredi, novembre 29, 2006

Et la lumière fut

Il est de ces changements qui surviennent et qui nous éblouissent. Parce qu'on ne les attendait plus, on n'ose trop y croire lorsqu'enfin on y est confrontés.

Parfois, pour amorcer le processus du changement, on fait un move initial, comme consulter une psychologue, une travailleuse sociale, un pédo-psychiatre.

Il arrive parfois qu'en dépit des actions entreprises, le statu quo persiste.

On se creuse alors la tête, on se décourage, on peste, on soupire, on se révolte. Quelque chose doit bien être plus fort que la rigidité, l'entêtement, l'orgueil et la tyrannie d'un enfant de douze ans. Quelque chose devrait bien pouvoir vous permettre de percer la carapace, mais quoi?

On décide de prendre une voie alternative, on opte finalement pour l'hypnothérapie et Ô, alleluia, le changement radical je vous dis pas!

On regarde son enfant maintenant auréolé de sa nouvelle attitude, on se plaît à découvrir cette toute récente bonne foi, ces élans naturels pour aider, partager, rigoler sans mesquinerie. Wow.

La routine se poursuit et trois mois plus tard, on se rend compte avec désolation et épuisement que le tyran est revenu en force.

Sauf que...

Les mystères enchantés existants, parfois, naturellement, sans crier gare, un changement survient...

Un mercredi soir, tandis que les plus jeunes moussaillons s'amusent, vous entrez dans le bureau et surprenez une discussion entre votre amoureux et votre aîné.

L'aîné est en train de magasiner le prix d'un Nintendo quelconque vraiment hot sur Internet en tentant de démontrer à votre amoureux que "ce n'est pas si dispendieux".

Les deux hommes zieutent sur un site, puis un autre, et encore un autre. L'ado ne réussit pas à trouver un prix raisonnable qui pourrait convaincre le ministère des Finances.

Pourtant, avec toute sa volonté, il insiste et persiste, c'est vraiment ce qu'il désire le plus pour Noël et il défend bravement ses idéaux en articulant de son mieux ses arguments.

Devant son insistance qui commence à se faire lourde, vous rajoutez votre mot: "Fils aîné, tu connais très bien ma position sur les Nintendo et compagnie. Ce genre de jeu n'entrera pas dans la maison."

Fils aîné motivé -Oui mais c'est vraiment ça que je veux.

Grande-Dame -Même si j'étais d'accord avec le principe, je n'achèterais jamais ces machines hors de prix.

-Mais vous pourriez vous cotiser, demander aux mamies, à mon oncle Luc, avec tout cet argent, ça ne vous coûterait pas si cher!

-C'est non.

Fiston soupire, mais tenace, revient vite à la charge.

Grand Homme, légèrement excédé, se met lui aussi à revendiquer auprès de Fiston un cadeau pour Noël.

Fiston, impassible -Je ne peux pas moi. Je suis un enfant.

Grand Homme -Et alors? Qu'est-ce que ça change? Tu n'as qu'à demander à tes frères de cotiser avec toi...

Fiston, un brin agacé par la revendication parallèle -Nous sommes des ENFANTS.

Grand Dame -Ça n'a rien à voir. Boute-en-train (9 ans) prépare des cadeaux chaque année à chacun des membres de la famille...

Fils aîné -Il ne fait qu'emballer des babioles dont il ne veut plus pour s'en débarrasser...

Grand Homme- Faux. C'est toi qui agit ainsi.

Grande-Dame approuve et poursuit: "Boute-en-train offre des cadeaux tout simples pigés ça et là, mais il a cette attention, il aime faire plaisir. Il m'offre une Caramilk emballée chaque année qu'il a paye avec son argent. (Doucement) C'est un enfant lui aussi...

Changement d'attitude radical de Fils aîné. Un masque tombe.

Fils aîné -Mais là! Arrêtez, vous allez me faire pleurer!

Soudain, silence. Les yeux de Fiston s'emplissent d'eau. Il est assis sur le divan, recroquevillé sur lui-même. Cela vous alerte. Fils aîné n'offre jamais ses larmes. Vous savez qu'il est sensible, mais les larmes, ça non. Jamais.

Vous sentez bien que quelque chose se passe. Échange furtif de regard entre Grand Homme et vous. Grand Homme est visiblement aussi intrigué-ébahi que vous.

Fils aîné, tentant de sourire pour camoufler son extrêmement inhabituelle émotivité (et réussissant plutôt mal): "Et dans la boîte que j'ai emballée il y a quelques jours, vous croyez qu'il y a quoi?"

Fils aîné éclate en sanglots.

Vous osez: "Fils aîné... Qu'est-ce qui se passe? Qu'est-ce que tu as mis dans la boîte?"

Grand Homme incrédule, en le taquinant -Sûrement des jouets dont tu voulais te débarrasser!!?!

Fils aîné, à présent incontestablement bouleversé -Si vous allez dans ma chambre, vous allez voir tout de suite qu'il manque quelque chose...

Grand Homme, moqueur -Pas ton radio, toujours?

Fils aîné tente un sourire.

Grande-Dame, touchée de la grandeur d'âme soudaine de son petit dur d'aîné -C'est ta super base de Légo.

(Il faut savoir que Fils aîné prend un soin extrême de tout ce qu'il possède, est très créatif et a construit -et perfectionné au fil des années une base de Légo invincible avec des tours, des armes redoutables, champs de force et autres particularités très recherchées par ses jeunes frères, qui n'ont jamais Ô grand jamais pu s'avancer à moins de deux mètres de ladite intouchable base sans risquer la crise de panique aïgue de leur aîné)

Fils aîné pleure de plus bel, se camoufle le visage entre les genoux.

Vous êtes viscéralement émue de la situation, doublement parce que c'est lui, le sensible qui joue toujours le Dur, lui qui refuse toujours de parler de ses sentiments, lui qui ne vous a pas montré une larme depuis la mort de son petit frère il y a presque neuf mois.

Vous vous approchez, le prenez contre vous. Voilà votre grand garçon au petit duvet de moustache qui sanglote dans vos bras tandis que vous ne comprenez rien à la situation, que même dans le regard de votre amoureux, vous ne parvenez pas à trouver d'explication à cet élan d'ouverture et de générosité subit.

À travers ses sanglots, vous entendez un "...je ne leur offre jamais rien..." empreint de culpabilité et d'auto-flagellation morale.

Le détachement affectif de cette Super base semble ardu, mais c'est précisément ce qui rend le geste honorable.

Vous êtes ébahie, déstabilisée, soulagée, heureuse que derrière cette façade de tyrannie chronique, il y ait bel et bien ce coeur que vous étiez pourtant certaine d'avoir conçu en même temps que tout le reste.

En allant border votre aîné, vous apercevez à l'emplacement habituel de la base un vide évident...

...Et en posant votre regard dans l'autre coin de la chambre, sur la bibliothèque, votre coeur se serre en voyant l'immense boîte rouge contenant l'objet d'un grand dépassement.

12 commentaires:

La diététiste a dit...

C'est beau, très touchant et divinement écrit comme toujours!

Anonyme a dit...

Je rêve d'avoir le même doigté que toi avec tes enfants, tu es une référence! On aime tes enfants juste par tes écrits..

JM a dit...

Oulà ! Délicat tout plein, comme situation... Savoir lire ses enfants à ce point, c'est juste ça ma propre définition de «parents efficaces»... et aimants.
Vous êtes admirables, tous. :-)
L'image du dépassement est maintenant une grosse boîte rouge. Génial !

Chocolyane a dit...

Je suis tellement émue...

Y'en a marre! a dit...

J'ai eu d'la misère à lire la fin.

Très touchant.

Y'en a marre! a dit...

Je vais plaider pour ton fils.

Il parle assurément de la Wii. Tu sais quelle est vraiment unique en son genre? Rien n'est l'équivalent sur le marché, elle est la première et l'Homme dit qu'elle le restera assurément pour les 5 prochaines années au moins. Tu sais qu'elle les fait bouger contrairement à toutes les autres consoles? Les chanceux qui ont pu mettre la main dessus sont présentement courbaturés...

Jeu de bowling? c'est lui, debout, dans le salon, qui lancera une boule imaginaire. Course à pied? il courra sur place... Tennis? il frappera une balle virtuelle...

Mais il y a 2 "hic":

1- prévoir d'enlever tout bibelot ou objet proche du joueur et ne pas l'approcher au risque "d'en manger une"...

2- elle est présentement quasi introuvable, stocks épuisés partout... succès fou, phénoménal, même... Nintendo prévoit en mettre 4 millions sur le marché dans la prochaine année.

Et c'est vrai, en plus, qu'elle n'est pas si chère...

Moi je ne suis pas une adepte des jeux vidéos, je pourrais même dire que je DÉTESTE ça...

Nous n'avons qu'un XBOX (pas le 360, le bon "vieux" XBOX), nous ne l'avons pas eu "dès sa sortie" ni rien là...

Mais la Wii, disons que, pour l'activité physique qu'elle entraîne avec ses jeux, c'est difficile d'être contre totalement puisque la raison du "ça fait pas bouger" ne tient vraiment plus... Je ne dis pas zéro modération pour autant, jamais d'la vie... sauf que là j'crois que ça commence à avoir un certain bon sens et IL ÉTAIT TEMPS...

Grande Dame a dit...

Dr. Maman, merci, tu me touches.

La diététiste, j'apprécie que tu apprécies. ;-)

jm... Parent efficace? Hhm, ce serait bien que je puisse arriver à y croire, mais il m'arrive d'avoir des velours et de m'attribuer un tant soit peu de mérite. :-) Et puis tiens, je te lève mon porto!

Choco, tu es attachante... Merci d'être vraie...

Y'en a marre...merci. Et re-re-merci pour ton coup de pouce.

Anonyme a dit...

se pourrait-il qu'à travers cet épisode, ce soit jutement les larmes refoulées depuis le départ de son petit frère que fils aîné a enfin laissé couler?

Cricri a dit...

Ca m'a fait pleurer....je pense avoir reconnu ma propre carapace que je portais petite fille....

Spécial comme les médecines alternatives nous surprennent toujours...de toutes celles que j'ai essayé, c'est très souvent à long terme que les résultats ont été concluants !

Moi aussi je plaide en faveur de ton gars ! Yes ! Un truc l'fun pour s'amuser...Tsé, j'ai 40 ans et je joue au nintendo ! comment alors je pourrais pas comprendre un enfant qui en veut un ! ;-)

xx

La diététiste a dit...

Je renchéris! Pourquoi ne pas le surprendre tout à fait ce grand garçon de douze ans en le lui offrant ce nintendo alors qu'il ne s'y attendrait plus du tout? Une vraie surprise qui laisse pantois, le souffle coupé. Une maman qui va à l'encontre de ses principes, pour une fois, parce que le plaisir existe, parce que.... parce que..... pour aucune raison logique en fait, juste pour lui faire plaisir! ;o)

Grande Dame a dit...

Cher utilisateur anonyme, peut-être bien! Quand on accumule trop devant une stoïcité apparente, on finit un jour par craquer. Les larmes sont libératrices, tant mieux si elles ont pu drainer un peu d'autres chagrins!

Cricri, La diététiste, je ne suis vraiment pas sûre d'avoir envie de réviser ma position sur le Nintendo et surtout, d'assumer tout ce qui vient avec en ce moment.

Il devrait survivre à son Noêl 2006 avec les substituts qu'il recevra. ;-)

Grande Dame a dit...

Hm, "stoïcité"!! Pfff!

Je me reprends: "Stoïcisme".

C'est mieux hein!