mardi, novembre 28, 2006

Le bout du tunnel

Papa sortira de l'hôpital demain. Après un interminable mois d'inquiétudes, de douleur de progrès, de problèmes, de régression, de crise, de progrès, de "surprogrès", il voit enfin le bout du tunnel.

Je suis heureuse. Je lui ai dit à quel point j'avais eu peur de le perdre, à quel point cette douloureuse angoisse à l'idée qu'il s'en aille m'avait fait retrouver la capacité de pleurer que j'avais perdue après la mort de Thomas (ironiquement à cause de surexploitation). Nous avons parlé des vraies affaires. Les affaires de coeur.

Il articule de mieux en mieux avec sa nouvelle langue, sa trachéo a été recousue, il a recommencé à marcher -lentement et péniblement, mais tout de même. Il mange maintenant de la purée dégueulasse et a hâte de retourner chez lui pour une purée cinq étoiles.

Le médecin lui a dit qu'il était à présent sauvé de son cancer et de lui-même. Papa n'a pas nommé le vice, il m'a simplement dit: "Tu sais de quoi je parle". Bien sûr que je le sais. Je suis tellement fière de lui!

Il a franchi une grande étape en admettant pour la première fois de sa vie son alcoolisme. Même s'il n'a pas prononcé le mot, il a quand même dit: "Tu sais de quoi je parle"...C'est tellement énorme comme allusion!

Il s'ennuie de ses chats adorés. Demain, il les retrouvera.

8 commentaires:

Anonyme a dit...

Je suis heureuse pour toi. xxx

Cricri a dit...

Moi aussi ! xxx

Tangerine du Québec a dit...

Super bonne nouvelle. Tu verras, il va récupérer bien plus vite une fois chez lui dans ses affaires . Tu dois être vraiment soulagée, un poid de moins sur tes épaules.

Doulaya a dit...

Et bien, ça va faire du bien d'être soulagé un peu plus de ce poids là!

Bravo à ton papa :)

Anonyme a dit...

Super contente pour toi Grande-Dame!!!!

belle d'Ivory a dit...

Quelle merveilleuse nouvelle!!

JM a dit...

Ouch. Celui-là, encore plus que tous les autres mots soufflés ici, me rentre dedans. Je sais pourquoi.
Parce que.
Plus encore que de l'empathie, la sumpathie. Et tous mes sourires de ce matin pour votre père, Grande Dame. Ceux de cet après-midi seront pour vous, personnellement.
:-)

Grande Dame a dit...

Je suis touchée que vous partagiez mon soulagement et ma réjouissance. Merci de vos fleurs-mots.

Je me planifie une petite virée dans les Cantons de l'Est ce week-end et cette fois, loin des corridors d'hôpital, des tubes, solutés et infirmières. :-)

Allez, je retourne au boulot!