mercredi, juin 02, 2010

Un de moins

Vous l'avez sans doute constaté, peu importe le nombre d'enfants que vous avez, lorsque vous en avez un de moins au souper, cela change complètement votre dynamique de repas et les échanges entre les membres de la famille.

Pas de Fils Aîné? Mais diantre, qui donc aura raison à cette table (si on exclut Grand-Homme qui aime à bichonner avec un inégalable narcissisme son image d'Infaillible) ?

Pas de Grand-Charme? Qui donc sera là pour me faire mourir de rire avec ses imitations bidons et ses fantaisies théâtrales?

Pas de Tout-Doux? Qui donc sera là pour lever l'index pour essayer de placer son mot à travers toutes les têtes fortes de la famille?

Pas de Coco? Qui donc sera là pour mettre du pétillant dans tout ce qu'il touche du regard? Dans quelle assiette, dans quel verre autre que les siens Béatrice pourra-t-elle picorer à son aise?

Pas de Frédéric? Qui donc sera là pour commenter haut et fort pour le simple plaisir de participer aux discussions, qui donc sera là pour lancer une impertinence (la plupart du temps issue de sa phase anale), pour réclamer un condiment bizarre dont un de ses frères a "agrémenté" (c'est relatif) son repas par simple mimétisme, pour faire des singeries afin d'influencer sa petite soeur, pour s'indigner (pour la forme, surtout) parce que ses frères ont eu la pinte de lait avant lui, pour me faire sortir de mes gonds parce que quand on fait un gâchis, nul besoin de hurler à fendre l'âme, on peut simplement dire "Oups, j'aurais besoin d'un linge, ma belle maman d'Amour".

Peu importe l'identité de l'absent, le repas est d'un calme jouissif. Imaginez quand c'est la pie de la famille qui part pour la nuit, laissant la maison dans une quiétude rare, le repos pour l'ouïe !

C'est le cas ce soir.

Le plus étonnant?

Du silence, on finit par se repaître.

La pie, partie pour la nuit chez papi-mamie, nous manque.

7 commentaires:

Marie l'urbaine a dit...

Bravo aux grands-parents qui s'en occupent, de la pie si craquante, le temps d'un dodo !

Ici ma grande alliée - ma mère - est de lus en plus malade, et on se demander si ça prendra 10 ans avant qu'on ait une soirée, une journée, à nous...

Germaine professionnelle a dit...

c'est vrai ça!! Ça fait ça quand il en manque un....on dirait que c'est mieux s'ils sont tous pas là que simplement un qui part... pourquoi??

La Mère Michèle a dit...

Je l'ai vécu toute la semaine: il manque Grande Ado, et il a manqué Jolie Sportive lundi et mardi, partie en classe verte.

Qu'on fait les parents, si libres de leur personne, du moins relativement libres, n'ayant que les deux plus jeunes à "gérer"?

Ils ont commencé par trouver le silence un peu lourd. Puis, ... ils sont partis toute la soirée au PARC pour faire glisser la deux ans *soupirs*

lol

Notre famille complète est parfois une corvée, mais c'est aussi notre oxygène!

Éléonore a dit...

Tu as bien raison !
Quand mon fiston est parti 5 mois en France, j'ai trouvé que sa chaise avait l'air triste sans lui, par contre le frigo avait l'air plein sans lui lol

France a dit...

J'ai souvent remarqué cela ici aussi, surtout lorsque les enfants étaient plus petits. Dès qu'il en manquait un à table l'énergie entière changeait et on se disait: Qu'est-ce qui se passe, c'est bien tranquille ou vide tout à coup?
Avec des grands ados toujours partis d'un bord ou de l'autre, on ressens moins le manque pour un seul repas. Les habitudes qui changent sans doute...

Annie a dit...

Ha ben moi je suis une vraie, une dure de dure, une vraie indigne. Avant que ça fasse un bon 48 heures sonnées, je ressens pas d'ennui ben ben mettons!

Un des rares avantages de la séparation, une fin de semaine sur deux de "vacances" pour môman.

Diamone a dit...

Ça a au moins l'avantage de nous faire plus apprécier leur "déplacement d'air" a leur retour! (pour quelque jours...)