vendredi, juillet 03, 2009

La langue

En dépit des petits défis que nous cause la langue ici, ce qu'il y a de bien, c'est ce que l'absence de compréhension peut susciter de cocasse.

Par exemple, dans un café, Frédéric de s'exclamer à voix haute: "Oh regarde maman, le monsieur il est bizarre! Comme il est bizarre!"

Personne dans le café de n'y comprendre quoi que ce soit. Et chaque fois, notre fils de s'étirer le cou pour s'étonner à nouveau à voix haute.

Ou encore, Fred dans un train, un doigt dans le nez (que j'essaie chaque fois de lui retirer et qui retourne toujours à son point de départ): "Mais mamaaan! Z'ai une grooosse crotte de nez qui est coincée au fond de mon nez!"

Ou encore, en rentrant de randonnée, moi de m'exclamer à mon homme à l'endroit de la femme que nous croisons: "Mon amour, regarde ses seins, j'aimerais en avoir autant pour qu'ils puissent rebondir comme elle quand je marche." Ça passe comme dans du beurre.

Ou encore, Fred, qui ne cesse pas une seconde de parler. Nous sommes épuisés de l'entendre jacasser. Cet enfant est une vraie pie. Nous l'emmenons au parc pour qu'il dépense un peu d'énergie. Dans le tourniquet, il rencontre une petite fille et jette son dévolu sur elle. Il parle, et parle, et parle. Pendant que nous jouissons du répit, nous l'entendons...

"Moi ze m'appelle Frédéric et ze suis venu avec mon papa, ma maman et ma petite soeur Béatissss, regarde, elle est là, et moi z'aime ça le parc, et blablabla..."

La petite le considère le sourcil levé, un air qui pourrait presque avoir l'air du dégoût ou de la frayeur et sa grand-mère assise sur un banc se tient les côtes de voir sa petite-fille italienne n'y rien comprendre (les gens sont bilingues italien/allemand ici, alors le français vient d'une autre planète dans cette petite ville très reculée dans les montagnes).



La serveuse du restaurant de l'hôtel fait traduire exprès pour nous le menu du jour par un collègue qui parle français et depuis hier soir, elle nous dit bonjour en français.

C'est charmant de voir sa fierté!

9 commentaires:

Anonyme a dit...

maman tu est bizzard ...

grand charme

Grande Dame a dit...

Meuuh oui mon beau Grand-Charme mais tu m'aimes comme ça!

Anonyme a dit...

L'an passé, dans un resto à Lucques, c'est un polonais (!) qui nous a parlé en français. Il faisait ses études doctorales à l'Université de Varsovie en ... étude de la littérature francophone, spécialisation québécoise. C'était vraiment spécial de parler de Michel Tremblay avec un polonais en Italie ! Il passait son été à Lucques pour perfectionner son italien histoire de lire les grands classiques italiens dans la langue d'origine.
Mélanie

Grande Dame a dit...

Mélanie, un jour ou l'autre, je pourrais me faire prendre à ce jeu. Isssh! L'embarras alors, je n'ose y penser!

Mijo a dit...

Ne serait-ce pas plutôt du suisse-allemand voire du romanche ?
Parenté linguistique avec l'allemand mais extrêmement difficile à comprendre.

google a dit...

Frédéric semble vraiment à l'aise et toi est-ce que tu récupères de tes nuits? Et le co-pilote, il tient la route? Il aime son voyage aussi?

Tania a dit...

*hahahaha* Très drôle, Frédéric qui semble en grande discussion d'adulte assis sur la pièce de jeu... Sont très mignons à regarder ;o)

Je m'ennuie de ne plus pouvoir dire tout ce qui me passe par la tête, maintenant que je suis rentrée dans mon patelin... En Angleterre, on disait tout ce qu'on voulait, mais à Londres, ya parfois des Français...oups ;o) Mais en Espagne, en Italie et en Grèce, on ne se gênait pas... Le réflexe de filtrer est difficile à réapprendre, parce que c'est si plaisant de partager toutes ses pensées à voix haute *hahaha* (Oooooh, t'as vu comme il est laid?? Ooooh, t'as vu ses seins ???!?! (moi aussi j'suis sûre de l'avoir dit *hahah*)

Grande Dame a dit...

Tania, tiens, une autre odieuse qui profite de la situation! ;o)

Anonyme a dit...

Trop cute la photo!

Matty