jeudi, août 05, 2010

Le protocole

Il y a un peu plus d'un mois, je suis allée féliciter mon "comme frère" et ma belle-soeur à l'hôpital. J'étais fébrile de rencontrer ma première nièce, Dali, et de lui prendre une grande bouffée sur la tempe, là où les bébés fleurent toujours bon.

Nous avons pris soin de vérifier les heures de visite à la maternité. Une fois sur place, Ô surprise, nous fûmes stoppés par l'infirmière du poste.

"Ces enfants sont-ils ceux de la femme que vous venez voir?"

-Euh, non.

-Désolée, ils ont moins de 14 ans, donc ils ne peuvent pas venir.

Nous en avions trois avec nous. Bon.

Nous avons donc opté pour la visite à tour de rôle pendant que les enfants attendaient avec le reste de la famille (mon autre frère et sa dulcinée) dans le petit salon de l'étage.

Le fier papa, sachant ses neveux et sa nièce fébriles de rencontrer leur cousine, proposa d'amener le poupon dans ledit petit salon, où Dali ne se souviendra point avoir eu autant de petites mains enthousiastes dans son visage saturé de caresses.

Là, dans ce hall déguisé en salon, je me suis rappelé mes cinq premiers accouchements dans ce même hôpital où, parce que je n'avais jamais connu autre chose, la manière de faire me semblait "correcte".

Ce qui m'a fait disjoncter, à cet hôpital, ce sont les protocoles qui ne sont justifiés par aucun argument digne de ce nom.

Que des heures de visites soient imposées pour assurer le repos des nouvelles mamans, d'accord. Cependant, nombre de fois, des passe-droits sont accordés aux visites en-dehors des heures prescrites, et je vous assure que les visiteurs les plus dérangeants ont la plupart du temps bien plus de 14 ans.

Que seulement les enfants des nouveaux parents soient admis, euh... Je ne suis pas certaine de comprendre. Je spécule sur le fait que les enfants des autres ne savent pas se tenir dans un hôpital. Ça doit être ça. On peut endurer des monstres qui s'énervent mais seulement si cela est justifié par le fait qu'ils soient perturbés par l'arrivée d'un nouveau membre dans la famille...?!

Peut-être aussi est-ce parce que l'on souhaite limiter la propagation de microbes chez les nouveaux-nés. C'est connu, les nouveaux-nés sont fragiles. C'est également connu, la poule est un mammifère et la fratrie d'un nouveau-né est naturellement immunisée contre les microbes, donc aucun risque à lui laisser le champ libre.

Les autres marmots sont potentiellement dangereux. C'est pourquoi on ne les tolère pas dans les chambres mais qu'on permet aux poupons de sortir dans le petit salon du hall. La cohérence, je vous dis !

C'est à ce même hôpital que j'en ai eu assez de me faire imposer des protocoles sans fondements et que j'ai décidé d'opter pour une maison de naissance lors d'un éventuel autre accouchement (6e et 7e accouchement, la crème !). Protocole? Du genre, une infirmière stagiaire me demande d'allaiter mon fils devant elle pour s'assurer que je fais bien ça.

"Mademoiselle, j'en suis à mon 5e enfant, j'ai des dizaines de mois d'allaitement à mon actif, vous pouvez sauter ça sur la liste."

-Désolée madame, je dois vous le montrer.

Et elle d'insister, et moi de m'impatienter, et elle de tenir à son protocole, et moi de finir par mettre mon fils au sein, et elle de s'exclamer fièrement: "Ah, vous voyez, vous venez de faire une erreur ! Vous n'avez pas retiré le sein de votre bébé en insérant un doigt au coin de sa bouche !"

*

Quelques heures avant, ou est-ce après, nah, il me semble plus logique que ce soit avant, la même stagiaire de revenir me voir pour me dire qu'elle doit prendre mon bébé pour le laver.

"Non."

"C'est le protocole, madame."

"Je refuse que vous le laviez maintenant."

Et elle d'insister. Incapable de répondre à ma demande de justification quant à l'urgence de ce bain(je désirais garder mon bébé tout neuf "intact", il n'y avait pour moi aucune presse), elle s'en alla au poste, où elle revint avec la justification suivante: les bébés ont besoin d'être touchés et tant qu'ils n'ont pas été lavés, les infirmières doivent porter des gants pour ce faire.

Dire que mon pauvre enfant aurait pu souffrir d'une carence affective dans les 24h premières heures de son existence ! Que d'inconscience de ma part !

J'ai finalement dû NÉGOCIER qu'elle me le laisse (MON enfant !) une dizaine d'heure de plus sans bain.

Pourquoi donc un parent devrait-il négocier ce genre de condition pour son propre enfant?

Mon "comme frère", après que l'infirmière eût déposé la demoiselle dans son lit après son bain, avait envie de la prendre contre lui (sa fille, pas l'infirmière) mais hésitait. Sa fille était prise en charge si naturellement par le personnel infirmier qu'il ne savait trop s'il en avait le droit. Il lui a finalement demandé la permission.

Hé, ho, frérôt, c'est TA fille, bien sûr que t'en as le droit !

Votre toute dévouée Grande-Dame, vendue aux maisons de naissance, là où, dès le départ, l'enfant appartient aux parents, là où le jugement de ceux-ci prime sur toute prise en charge professionnelle, là où on guide ou suggère au lieu d'imposer, là où sages-femmes et aide-natales savent être présentes mais discrètes pour laisser aux parents la place qui leur revient, là où coopération, confiance et quiétude règnent, là où le bébé bien portant est laissé aux bons soins de sa mère qui l'a attendu des mois voire des années, là où le protocole, lorsque de toute évidence superflu, est tout simplement mis de côté pour faire place à la flexibilité, au bon sens et aux valeurs des principaux concernés.

28 commentaires:

Ninitch a dit...

J'ai été voir une amie qui venait d'accoucher avec ma soeur, mon beau-frère et leur deux enfants. Puisqu'ils n'avaient pas 12 ans, ils ne pouvaient pas rester. Mon beau-frère était fâché, il a dit aux enfants de venir et ne comprenait pas pourquoi ils n'avaient pas le droit d'être là.

J'ai même posé la question sur mon blog et personne n'a pu me répondre!

Je pourrais comprendre si les enfants étaient tannant, ou pour des raisons de contagion. Mais rien, pas d'explication!

Ma soeur a accouché les deux fois à Anna-Laberge, et les enfants avaient le droit d'être là. Elle avait aussi une chambre à elle toute seule, ça devait aider. Pas de restriction sur le nombre d'heure et les infirmières avaient l'air gentille. Je ne peux pas en dire plus puisque je n'étais pas tout le temps là.

anne-isabelle a dit...

ah! Comme votre billet me rejoint! J'ai accouchée 2 fois à l'hopital et à ma dernière je suis allé à la maison de naissance Mimosa!

WOW tout y était parfait.

Le "hic" c'est que mon nouveau conjoint refuserait que j'y accouche! J'en ferais certainement à MA tête et je pousserais même l'audace jusqu'à accoucher à la maison...

Mais je ne comprend pas cette "peur" qui entoure la maison des naissances.

Faut peut être avoir goûter à ce calme, à ce respect, à cet endroit ou le parent est soutenu discrètement dans son aprentissage et non "régenter" par le "système" pour en apprécier pleinement la saveur :O)

Germaine professionnelle a dit...

Je suis complètement d'accord avec toi...ah les protocoles ça fait damner!!! On connait tellement pas nos droits au premier bébé qu'on peut s'en faire passer... Déjà à mon deuxième, j'ai refusé qu'il le lave rapidement après sa naissance....Il est pas sale bordel!!!

Il semble que certaine chose ait changé, ici à Sherbrooke. Ma chum vient d'accoucher et ça m'a rassuré pour mon bébé à venir... J'aimerais accoucher en maison de naissance et je sais que c'est le meilleur endroit pour le faire ou bien même dans le confort de ma maison...mais je suis ''chiken'' au bout!! Et c'est pour cette raison je pense que je vais encore accoucher à l'hopital tout en mettant mes limites à ce protocole...

Lucie a dit...

Ouf.

Pour ma part, mon unique accouchement à ce jour, à l'hôpital, s'est bien passé. Je me suis sente respectée et j'ai même été étonnée de ne pas devoir me battre contre différentes procédures comme me l'avait laissé entendre le livre d'Isabelle Brabant. J'ai eu mon bébé sur ma peau dès son arrivée et toutes les manipulations ont attendu après ce long moment merveilleux où nous ne faisions que regarder ses grands yeux, après la première tétée, APRÈS. Sans qu'on n'aie à le demander. Aussi, j'ai apprécié la discrétion du personnel, surtout la nuit. Je venais de finir d'allaiter lorsque j'ai entendu la porte de ma chambre s'ouvrir très doucement, tellement que ça ne m'aurait pas réveillée. Une infirmière a glissé sa tête doucement et ce n'est qu'après mon signe de la main qu'elle m'a chuchoté (bébé et papa dormaient) qu'elle devait me faire une prise de sang d'ici quelques heures, que ça ne pressait pas, qu'elle pouvait attendre que je sois bien réveillée si le moment ne convenait pas. Rien à voir avec les histoires d'horreur que j'avais entendues où les nurses réveillent tout le monde à rien.

Tous les hôpitaux ne sont pas égaux... Ça me sidère de voir qu'il en existe encore avec des pratiques ridicules. Montrer à une femme à allaiter son 5e, pfff. Surtout que les infirmières ne sont souvent pas des pros d'allaitement! Et c'est une histoire des années 2000!!! Incroyable.

Dans quelques semaines j'accoucherai de mon 2e au même hôpital. J'espère que ça se passera aussi bien, mais j'avoue qu'avec l'expérience, ça pourrait être différent... Si l'allaitement se passe aussi bien qu'à mon premier, ce que je souhaite, que j'en voie une DEVOIR venir "me le montrer"!

Capucine a dit...

Je suis d'accord. J'ai vécu mon premier accouchement à l'hopital et sur le coup, je me suis dit que c'était bien. Mais en y repensant, je ne voulais pas ça pour mon deuxième. J'ai eu la chance d'avoir une place en Maison de naissance et je suis heureuse de l'avoir fait. C'était le jour et la nuit. Les soins sont si personnels, ils ont même fait mon lavage pendant mon séjour! Quelle belle expérience j'ai véçu. Je souhaite la revivre si 3e grossesse il y a!

BéKa! a dit...

À ma première, tout s'est tellement bien passé que je suis sortie très rapidement. Donc rien à redire.

Par contre, à mes jumelles, à cause de la césarienne, j'ai dû rester 4 jours.

Les infirmières passaient leur temps à me dire de me reposer. Mais j'ai eu droit au défilé des infirmières, des infirmières-auxiliaires, des infirmières en stage, de l'obstéricien de garde, de mon obstétricien, de l'obstétricien externe et aussi celui de l'interne, du pédiatre (interne et externe), d'une flopée d'étudiantes étrangères, de la responsable de l'allaitement et de ses acolytes, en plus de mes visiteurs... JE N'AI JAMAIS DORMI!!
C'était un vrai moulin ma chambre.

Quand est venue le temps de sortir de l'hôpital, une stagiaire russe refusait de me laisser partir car Marielle avait une température de 37,2. Alors qu'on est tous prêts à partir (habillés et valises en main) elle me demande de dévêtir mon bébé et de le coller sur ma peau pour le réchauffer... J'ai comme pété un plomb là! :-)

Anonyme a dit...

Bon. Je comprend la frustration. Et oui, même si je suis infirmière qui a sûrement travaillé dans le dit département du dit hôpital (car j'y reconnaît les protocoles), je vous assure qu'il y a beaucoup de ses protocoles qui nous frustrent tout autant.
Les nouvelles règles de visites viennent de la folie du H1N1.Le risque de contagion est grand chez les bb, alors même les enfants du couple était interdit.Il faut savoir que même si votre bébé est en forme, peut être que celui d'à côté est plus fragile. On a beau faire attention mais les risque de transmission sont là, par nous-même, le personnel.Les jeunes enfants vont en garderie ou milieu scolaire, ils peuvent être porteurs asymptomatiques. LEs médecins ont tranchées et ont été intraitables durant la crise du H1N1. Allez expliquer a une maman en pleurs que son bb de 2 ans peut pas venir voir son nouveau petit frère, qu'elle ne le verra pas non plus pour 2-3 voire même 4 jours??? Situation intenable pour nous. Nous avons réussi a faire flancher les doc pour les enfants du couple, mais rien a faire pour les autres.
Pour le bain, tu as eu une zélé. Y'a pas de presse et de plus en plus de filles laisse passer plusieurs heures avant le bain..:)
Quans j,avais une maman expérimentée, je passait la liste d'enseignement vite fait!!vous savez -ci?vous avez besoin d'un rafraichissement??Non...parrrfait!!:DDD
Je suis convaincue de l'utilité des maisons de naissance, mais si mon confort personnel fait que je n'y aurait pas fait appel. J'ai besoin de l'environnement médical pour me sécuriser.JE crois qu'il y a moyen d'humaniser les soins en hopitaux, ce qui se fera certainement avec l'introduction des sages femmes comme en europe :)Mais quand il n'ya a pas de problème particulier, pourquoi pas la maison de naissance??c'Est un bon choix.
pppsst: il y a aussi des infirmières extraordinaire en natalité dans les hôpitaux...:)
Polluxe xx

La Belle a dit...

Ça me fait bizarre de te lire car pour la naissance de mon 2ieme enfant, avec une césarienne, j'ai plutôt ressenti un laissé aller de la part des infirmières de mon hôpital.

Lorsqu'elles ont su que j'avais déjà réussi à allaité mon premier, elles m'ont presque laissé faire seule l'allaitement de ma fille. C'est moi qui leur a demandé après presque 2 jours si je pouvais lui donner son bain seule car elles étaient occupées (avec d'autres mamans). Elles ne venaient jamais me voir autrement que pour venir prendre mes signes de vie (césarienne oblige) ou lorsque je les appelais (pour des anti-douleur). Et je suis sorti 1 journée d'avance car elles ont bien vu que tout allait bien vu que c'était mon deuxième bébé.

Bref ça doit dépendre des endroits et des personnes aussi. Dommage que ça fonctionne comme ça à cet hôpital :-(

Eveline a dit...

J'imagine que ça dépend des hôpitaux. Je n'ai jamais connu ce genre d'acharnement de la part des infirmières lors de mes 4 accouchements dans 2 hôpitaux différents. À part quelques "airs bêtes"..

Je comprends votre indignation face à ces manières de faire sans fondememnt connu.

Comme si nous n'étions que des robots programmés pour suivre le protocole sans aucun détour possible. Quel manque d'ouverture et de respect.

Maryse a dit...

Tout à fait d'accord avec vous!
Mais pour avoir travaillé dans un hôpital, je crois que le pire protocole de natalité c'est la césarienne du vendredi après-midi que les médecins pratiques sur des femmes qui n'en avaient aucunement besoin. Ils sont prêts à inventer n'importe quel prétexte pour cacher les vraies raisons suivantes : ils ont une partie de golf à 5h et la césarienne est plus payante et plus rapide pour eux que l'accouchement normal.

Anonyme a dit...

AAaaahhhh, c'est donc pour cà que j'ai eu une césarienne....

Moi aussi j'ai vécu une expérience traumatisante avec les infirmières surtout celles qui essayais de m'enseigner l'allaitement... il poussait la tête de bébé comme si c'était comme cà qu'il fallait procéder ;O(((

Mais moi aussi je dis que cà dépends des ''infirmières'' et hôpitaux...

Monica

Élisou a dit...

Je trouve triste qu'on "profite" ainsi de la naïveté (qui est normale) de nouveaux parents pour imposer des procédures qui n'ont pas lieu d'être.
Mon expérience d'accouchement et mon séjour post-natal à l'hosto fut empreinte d'écoute et de respect de mes décisions (à Sherbrooke, nous sommes assez choyés là-dessus). J'ai pu décider quand donner son premier bain à ma fille, qui viendrait me visiter (ma nièce de 20 mois était la bienvenue), qui passerait la nuit avec mon conjoint et moi (ma mère a passé une nuit avec nous et la veille, une amie aussi). Choyée je vous dis. Je me lance néanmoins avec joie et reconnaissance dans ma deuxième aventure, avec une sage-femme cette fois, et je lorgne très très sérieusement du côté de l'accouchement à domicile... Encore plus de liberté, et surtout, de co-dodo (!!!!!), chose que la plupart des infirmières (sauf les sénior en allaitement) redoutent comme la peste à l'hosto, même celui top génial où j'ai accouché. Je rêve d'un monde où les futures mamans se renseignent sur leurs droits et ceux de leur nouveau-né et qu'elles n'aient plus à se battre contre des protocoles qui n'ont parfois pas lieu d'être.

Valérie a dit...

Moi aussi je suis vendue aux maisons de naissance! Pour les premiers, à l'hôpital, je n'ai pas connu d'histoire d'horreur, mais bien de petits détails comme ceux dont vous parlez.

J'aurais bien aimé accoucher à la maison, pour la dernière, mais comme il devait y avoir un adulte supplémentaire (en plus de mon chum et moi) dans la maison pour pouvoir rester avec les enfants en cas de complications éventuelles, j'ai préféré la maison de naissance, question d'avoir plus d'intimité avec mon amoureux. Et nous avons adoré notre expérience!

Grande Dame a dit...

Ninitch, bienvenue sur mon blog !

C'est doublement fâchant quand un protocole ne nous semble pas justifié.

Anne-Isa, tu envisages sérieusement un quatrième? Je suis en retard dans les nouvelles ! ;o)

Germaine, plusieurs hôpitaux font de gros efforts pour devenir "ami des bébés" et respecter la bulle parents-enfants. Tant mieux si ça se généralise !

Lucie, voilà beaucoup de délicatesse de la part de l'infirmière. Certaines ont vraiment le doigté qui fait toute la différence en milieu hospitalier. Au fond, ce qu'on demande, c'est le respect de notre bulle, de nos besoins, de l'écoute et un peu d'humanité.

Capucine, bienvenue à vous également !

Polluxe-la-passionnée, certaines infirmières ont vraiment la vocation. Avais-tu eu l'occasion de lire ma lettre ouverte à La Presse encensant le travail du personnel hospitalier lors du décès de notre fils? La Cité de la Santé l'avait publiée dans son journal interne...

Béka, belle cohérence. :o/

La Belle, en as-tu souffert (de ce laisser-aller. J'aurais bien aimé !)?

Eveline, les mères ont effectivement besoin de se sentir respectées dans leurs compétences et leurs désirs...

La Belle a dit...

Oh que non ! J'ai beaucoup aimé qu'on me laisse être la mère que je suis. Je crois qu'elles ont d'ailleurs remarqué que je les appelais lorsque j'avais des questions. Elles m'ont fait confiance peut être ;-) (j'aime penser ça !)

Une femme libre a dit...

Les hôpitaux sont pour les malades. L'accouchement n'est pas une maladie et donc les femmes enceintes en bonne santé ne devraient pas accoucher là. Mais il y a aussi des femmes enceintes qui souhaitent ardemment ne pas souffrir lors de leur accouchement d'où l'immense popularité de la péridurale. Or, qui dit péridurale dit quantité d'actes médicaux autres, champs stérile etc. etc., plus d'épisiotomies,de césariennes et compagnie. Ça n'en finit plus. D'acte naturel, l'accouchement devient un acte médical. Quand on accouche dans un hôpital, on s'attend à quoi exactement? Il y a plein de maladies à l'hôpital en plus, c'est là qu'on est à risques d'en attrapper, pas dans une maison des naissances ou bien tranquillement chez soi.

Marie-Hélène a dit...

Ouaaaahhh Grande Dame Ton histoire ressemble tellement à mon premier accouchement! J'ai opté pour la maison des naissances pour les deux derniers également. J'en suis encore frue après 10 ans pour le premier. Je dis qu'on se part une communauté: "Laisser les mamans en paix!"

Marie l'urbaine a dit...

Ah, quel sujet intéressant ! J'aurais envie de commenter sur plusieurs aspects, va falloir me retenir, y'é tard et je dors presque pas depuis 6 mois (bébé, dooooors stp ! :))

Bon, comme ton titre est Protocole, parlons-en. Pour mes 2 grossesses, j'avais un diabète gestationnel galopant (taux toujours plus haut malgré diète stricte et insuline). Or je vous dis que le diabète a le dos large. Emmenez-en des protocoles ! À mon premier, l'hôpital n'était pas encore en processus de certification "ami des bébé", donc on m'a enlevé le bb des bras après 5 minutes au sein top chrono - montre en main - parce qu'il n'avait pas encore tété. Pour lui donner de la préparation dans un gobelet à part de ça ! Puis on lui a donné son bain, on a pris sa température, elle était trop basse; branle-bas de combat - danger ! Danger ! Un bb de diabète qui a la température basse, danger ! Vite, le peau à peau sous la couverture chaude ! PFFFFF !

Cela dit, pour le reste, je suis 100% contente d'avoir accouché les 2 fois à cet hôpital par une équipe de docteures exceptionnelles (ma doc a gagné plusieurs fois le titre "médecin de famille de l'année".) Très très peu interventionnistes, à l'écoute, on discute ensemble de ce que l'on veut, etc. etc. Et avec le diabète, le streptocoque B et des tas d'autres problèmes, pour moi c'était l'hôpital. Et comme BEAUCOUP d'autres femmes que je connais, l'épidurale n'a PAS entraîné plein d'autres interventions. (Désolée, j'en peux plus , la diabolisation de l'épidurale... merci de respecter le choix de chacun !)

Sinon la boutade que je fais souvent, je ne pourrais pas la faire concernant l'hôpital où a accouché Lucie : "Après les hôpitaux amis des bébés, à quand les hôpitaux amis des mamans ?!"

Madame Unetelle a dit...

En ayant accouché à la maison, je ne peux pas comparer l'accueil fait à l'hôpital à celui de la maison des naissances.

À la maison, quelques heures après l'accouchement tout le monde fait comme s'il ne s'était rien passé. Les enfants ne comprennent pas que maman doit se reposer. Ils invitent des amis à jouer calmement au sous-sol. La famille et les proches viennent eux aussi prendre un café comme ils en ont toujours eu l'habitude.J'ai même pris mes repas à la table avec ma famille!

Au final, j'ai été moins fatiguée que je ne l'étais à l'hosto! Allez comprendre!

Anonyme a dit...

@grande dame: il me semble, mais cela fait longtemps. Je suis convaincue que tu as été bien traitée :)
@Marie l'urbaine : un BB en hypothermie mobilise toute ses réserve d'énergie pour se réchauffer. Résultat??à court terme (et VRAIMENT un court terme, il ne pèse que 6-9 lbs!!), il tombe en hypoglycémie. L'hypoglycémie chez le bb entraîne des dommages irréversible au cerveau!! Je pense que tu aimes mieux avoir eu un peau a peau précoce que un enfant ayant une déficence par manque de vigilance....

Oui les protocoles sont chiants. Oui certains sont inutilement ''précautionneux''.Mais je suis toujours étonnée de voir que ceux qui sont le plus contre ceux-ci, ceux qui élèvent leur voix et chialent, sont les premiers qui serait prêt à poursuivre le personnel médical pour erreur ou négligence s'il arrivait quelque chose...

Ma recommandation?? Informez-vous. Sachez pourquoi on procède de cette manière, quels sont les enjeux réel.Jugez. Il existe dans TOUS les hôpitaux un formulaire appellé ''refus de traitement''. Soyez à l'aise de mettre vos opinions en pratique et de le signer. Mais ne venez pas pleurer si votre enfant a des séquelles....Après tout, VOUS aurez pris la décison, c'Est ce qui importe, non??

SAns rancune :)XX

Polluxe

Annie a dit...

Je vais me contenter d'un "AMEN" !!!

Une femme libre a dit...

"Soyez à l'aise de mettre vos opinions en pratique et de le signer. Mais ne venez pas pleurer si votre enfant a des séquelles..."

Oupelaye, le parent se sent parfaitement libre après ça! Soit je fais tout ce que le corps médical me dit de faire sans ronchonner, soit mon enfant aura des séquelles et ce sera entièrement ma faute "VOUS aurez pris la décision." Vraiment, ça me fait peur!

Vive les maisons de naissances où personne ne nous menace du pire.

Annie a dit...

Il existe aussi des protocoles en maison de naissance... Qui sont tout autant de blessures au bon jugement des familles qui les subissent. S'ajoutant à celle-ci la difficulté de critiquer "la bonne sage-femme" si humaine.

En fait, à mon sens, sage-femme ou médecin, il est extrêmement difficile aujourd'hui pour les femmes (et leurs familles) d'aller à l'encontre de leurs avis et d'être réellement "des femmes libres" quand vient le temps de mettre nos petits au monde.

Billet plein de sens Grande Dame.

Marie l'urbaine a dit...

Polluxe, j'ai été mal comprise. Ce que je déplore dans mon histoire, c'est le bain précipité à qques heures de vie, dans mon cas avec un bb de diabète de grossesse, sachant toute cette histoire d'hypothermie et ses complications... À mon 2e, quand en pleine nuit (!!!) on est venus me dire que c'était l'heure du bain (re !!!), je leur ai rappelé le diabète et exigé qu'on nous laisse dormir entre les boires et qu'on retarde le bain pour éviter la panique comme la première fois. Demande légitime et fort heureusement acceptée.

Faudrait quand même que les interventions systématisées soient mises dans la balance des conséquences possibles quand il y a des protocoles !

C'était chouette le peau à peau, mais la circonstance du grand danger pour bb tout ça parce que on avait imposé un bain, woe !

Mamanbooh a dit...

Oh! Comme j'aurais aimé lire ce texte avant d'accoucher...

Je pense que cela aurait pu me donner plus de confiance.

Je me rappelle une infirmière qui était rentrée dans ma chambre en ouvrant tout grand le store alors que nous étions bien dans cette ambiance feutrée. Intimidée, je n'avais dit mot.

Pur bonheur a dit...

Lorsque j'ai eu ma fille il y a 27 ans, prématurée à 35 semaines, j'ai été vraiment mal dirigée. Elle était faible pour boire au sein et au lieu de me dire de tirer mon lait, ce que j'avais abondamment , ils lui ont donner des formules toutes prêtes. Comme je le regrette encore...
Pour mon fils, il y a 22 ans, j'ai eu un accouchement où j'ai faillit trépasser (bébé 10lbs 8 onces)inversion utérine, hémorragie interne, bref je m'en allais vers l'au-delà, mon mari s'est emparé du bébé et a refusé de le remettre aux infirmières durant toutes la journée.Elles venaient le harceler aux demies-heures et lui avait tellement eu peur de me perdre s'accrochait à ce petit trésor. C'est quand j'ai été tirer d'affaire qu'il leur a laissé, pas avant. Il en parle encore aujourd'hui et ne comprend pas où était l'urgence.

Grande Dame a dit...

Polluxe, tu t'exprimes comme une infirmière qui se sent personnellement lésée des décisions des parents.

Mon obstétricien aux enfants 2-3-4-5 nous a déclaré, lorsqu'on lui a parlé d'un plan de naissance, que ses collègues et lui se bidonnaient en lisant les "revendications" des parents. Suffisance, va !

Entendons-nous: plusieurs des interventions protocolaires instaurées dans les hôpitaux sont carréments inutiles dans bcp de cas et manquent de flexibilité.

On raconte bcp de peurs aux parents pour leur remettre la terrifiante responsabilité de leurs actes SI JAMAIS un pépin survenait.

Allons donc ! Combien de parents ont réellement le choix devant une telle pression et souvent, pour des décisions qui doivent être prises rapidement?

C'est d'infantiliser le parent que de tout prendre en charge à sa place comme s'il était de facto incompétent....

Pur Bonheur, que c'est touchant ! Heureusement, tout s'est bien terminé !

Mamanbooh, le plus ironique dans tout cela c'est que c'est souvent après plusieurs enfants et expériences fâcheuses que l'on acquiert notre "solidité" devant la gent médicale. Or, la majorité des gens cessent après 1.6 enfant...;o)

Une femme libre a dit...

Protocole, protocole, en maison des naissances, bien possible, mais il doit être bien lousse le protocole, parce que ma fille chérie qui a accouché il y a un an à la maison des naissances de Côte-des-Neiges avec Isabelle Brabant a décidé qu'elle passait son travail seule dans la baignoire de la salle de bain, qu'elle a mordu la sage-femme pour être certaine d'être bien comprise et qu'on l'a laissée là, selon ses désirs, pour accourir dès qu'elle a appelé. Elle a pu faire venir ses amis ados à minuit et demi pour qu'ils quittent le bar où ils festoyaient pour venir voir le bébé frais-né tout de suite et ils ont été bien accueillis. Elle a demandé des crêpes avec des fruits et de la crème fouetttée tout de suite après l'accouchement (toujours à minuit et demi un vendredi soir) et on lui en a préparé.