mercredi, février 03, 2010

Abstraction

Un des tendres moments de ma journée est la séance de colle-colle avec mes deux tout-petits en début de journée.

Ce matin, Frédéric et moi énumérions les quelques cochons d'Inde que Grand-Charme avait eus. D'abord Gripoil, puis Chicko, et ensuite Mouffette.

-Tu te souviens de Gripoil, que je demande. Il est mort asphyxié par le déodorant de Fils Aîné et nous avons dû l'enterrer dans la cour?

Frédéric s'étonne: "On l'a enterré dans la cour? Mais pourquoi?"

-Eh bien, parce qu'il était mort. Quand les animaux ou les humains meurent, on les enterre ou encore on les brûle.

-Mais pourquoi?

Je lui explique l'aspect sanitaire de la chose; qu'on ne peut les conserver puisqu'ils n'ont plus de vie, que si on les garde à la maison, ils pourriront comme une banane trop mûre et puis il y aura des mouches, et ça sentira très mauvais.

Son air est perplexe, il intègre, on peut presque voir les infos circuler dans son cerveau à travers ses yeux pleins de questions.

-Comme nous avons fait pour Thomas ou pour mon papa. Nous avons fait brûler leur corps et maintenant, ils sont en cendres. Les cendres de Thomas sont dans l'urne (je la lui pointe) et celles de Papi sont enterrées au cimetière près de chez mamie Marianne et leur âme sont au ciel.

Une lumière s'allume dans ses yeux, il me regarde, regarde l'urne, me regarde: "Maman, z'aimerais voir le cou de Thomas."

-Son cou?

-Oui. Maman, z'aimerais regarder dedans (l'urne) pour voir son cou. Zuste son cou, après c'est fini, on la referme.

-Et pourquoi son cou plutôt que ses pieds ou ses mains?

-Z'aimerais mieux voir son cou.

-Mais tu ne peux pas voir son cou. Tout son corps a été brûlé, il est en cendres maintenant. Dans l'urne, il y a des os et des cendres.

-Tu veux pas que ze touche son cou parce que tu veux pas que ze me brûle?

(J'éclate de rire)

-Mais non Chatou, tu ne peux pas te brûler, son corps n'est pas en feu. Il est simplement en cendres, dans l'urne que papa et moi on a décidé de garder à la maison.

-Alors z'aimerais voir ses os. Zuste ses os.

Je souris.

Tant d'abstraction, voire de fascination pour un jeune enfant, ces pratiques entourant la mort dont l'homme se dote. Dans l'esprit de mon fils de quatre ans, la mort dans sa plus simple expression: une boîte à surprise contenant pêle-mêle le corps de son frère en morceaux. Cher, cher Amour....:o)

9 commentaires:

Marico a dit...

Vraiment touchant cette simplicité de l'enfance. Je vois d'ici la clarté et la lumière dans ces yeux-là!
Merci

ophise a dit...

Impossible de savoir si j'admire ou si je réprouve... (désolée Grande Dame).
Dans le même temps, je trouve cela bien d'arriver à aborder simplement ces choses-là avec un enfant et puis je trouve cela encore jeune et petit, et morbide aussi un peu quand même.
Tu as le don de m'envoyer réfléchir :)

Grande Dame a dit...

C'est une manière juste un peu plus crue de reprendre l'image de Mufasa quand il parle du "grand cercle de la vie" ...d'accord, lui omet de faire référence à la putréfaction du corps et préfère "redevient poussière, ou terre, ou je ne sais plus trop finalement, mais ça sonne plus poétique sans doute...". ;o)

Une femme libre a dit...

Je pense qu'on ne se trompe pas en disant à un enfant les choses comme elles sont, sans édulcorer. La poésie, elle est là, dans les propos du petit garçon qui veut voir le cou de son frère dans l'urne. Dans les moments privilégiés qu'il vit en confiance avec sa mère aimante. Vous racontez si bien.

anne-isabelle a dit...

Grande Dame j'admire cette simplicité que tu as à discuter avec tes enfants bravo!

Ma puce de 5 ans et moi sommes allés au salon funéraire pour mon parrain décédé.

Son commentaire? Il est mont han maman? Oui ma belle. Ah, c'est plate ça!

et on repart jouer! Voilà l'enfance que je me suis dit!

Parciparla a dit...

Tiens un sujet qui n'est pas sans rappeler la série Vivre jusqu'au bout diffusée cette semaine sur Radio-Canada.

Il y avait une petite fille qui croyait que son frere avait été découpé et mis dans l'urne. On ne lui avait pas expliqué les étapes précédentes et ca la rendait malade.

Je crois aussi qu'il faut bien expliquer les choses sans détour aux enfants.

Nanou La Terre a dit...

Il est si mignon, cher trésor...

Marie l'urbaine a dit...

(souoir)
Grande bouffée d'émotions !
xxx

Marie l'urbaine a dit...

(SouPir)
Pff, les coquilles, avec le manque de sommeil !!!