lundi, février 26, 2007

Préoccupations de gars

Ma Douceur de sept ans s’inquiétait récemment de ne pas trouver d’amoureuse lorsqu’il serait plus grand. Ce soir, c’est au tour des deux grands d’envisager leur avenir.

Fils Aîné s’apprête à se passer la soie dentaire tandis que Grand Charme vient d’embarquer au bain...

Fils Aîné, enroulant soigneusement le fil autour de ses doigts –Est-ce que t’as hâte d’être adulte?

Grand Charme, rêveur et enthousiaste –Oooh, ouiiii! J’ai hâte d’être adulte parce que je vais avoir des enfants et que les enfants, c’est ce qu’il y a de plus merveilleux! Je vais pouvoir jouer avec eux, les emmener à la Ronde pour essayer les nouveaux manèges...

Fils Aîné, tentant de réveiller son frère sur le calvaire qui les attend –Mheuuuin! Moi j’ai pas hâte! Quand on va être adultes, il va falloir qu’on fasse des impôts, c’est super compliqué ça!

Grand Charme, soucieux de l’éducation future de sa progéniture –…Je vais emmener mes enfants à toutes sortes d’endroits intéressants, je les aurai partout avec moi. Je veux les gâter, mais je vais faire attention pour ne pas les gâter trop. Je ne voudrais pas qu’ils deviennent des idiots imbéciles gâtés qui n’apprécient rien! (tiens donc!)

Fils Aîné, également méfiant du type d’enfant que son frère redoute –Wein…Notre cousin Samuel, lui, il est full gâté pis lui nous prend pour des imbéciles avec ses échanges pas équitables!

Grand Charme, relativisant –Ouin…mais je l’aime quand même…

***

Je souris à écouter les discussions saisies au vol sur leur perception du monde, de l’éducation, de la vie…

Fils Aîné a affirmé avec une autorité étonnante il y a quelques années que lorsque ses enfants ne termineraient pas leur assiette, il serait impitoyable et ce serait « Pas de dessert! » et pas d'appel possible.

Et si ses enfants utilisaient les astuces de leur père et tentaient de minauder autour de lui comme il sait si bien le faire pour avoir, humm…mon si beau papaaaa, juste un petit morceauuu?

Je souris à l'idée d’observer ses méthodes dans quelques années…Comme nos parents doivent se marrer en nous regardant faire aujourd’hui!

Je surprends ma mère à sourire parfois devant les répliques de mes enfants. Je sais alors exactement à quelle tranche de ma propre enfance elle songe. Référence silencieuse.

Idem avec la femme de mon père. Comme j’ai été sournoisement baveuse envers elle parfois, je m'en confesse honteusement! Elle savait bien me le rendre et nous marquions chacunes de très peu nobles points intérieurs.

Je me souviens de ce livre que j’avais volontairement laissé traîner pour les faire réagir elle et mon père : « Comprendre ses parents »…et mon père, furieux, avait mordu à l’appât. J’étais victorieuse malgré ma nonchalance apparente. Par le simple titre du livre, je pouvais aisément démontrer ma bonne foi à approfondir la psychologie du parent…Pfff! Brave petite garce de seize ans!

Aurais-je cru que je deviendrais si proche de cette femme, ma complice privilégiée de porto et chocolat?

***

Ces temps-ci, j’exerce ma patience avec Fils Aîné et son poste de radio qui me gruge royalement les nerfs.

Dire que j’ai déjà écouté les mêmes niaiseries et que ça me faisait autant rire. J’ai harcelé mes parents pour qu’ils changent leur musique plate à la radio, persuadée que ma musique valait mieux que la leur. J’ai obstiné et rouspété sur tout, persuadée que du haut de mes 13-14-15-16-17 ans, je possédais l’ultime vérité et que mes parents ne comprenaient dont rien à la vie! Personne n'aurait pu me convaincre du contraire.

Je trouvais bien modeste Aznavour quand il chantait ses vingt ans

5 commentaires:

Une femme libre a dit...

Pour la radio ou le Ipod ou la musique sur internet, il y a les merveilleux écouteurs! Je suis généreuse là-dessus et j'en fournis gratuitement à mes ados. Il faut tout de même faire bien attention à ce qu'ils ne mettent pas le volume trop fort car nous sommes en train de créer une génération de sourds précoces. Je le leur répète tellement que j'espère leur faire assez peur pour qu'elles en tiennent compte.

Je pense qu'on se croit bien original dans l'éducation de nos enfants msis que le naturel revient au galop et qu'on les élève en bonne partie comme on l'a été nous mêmes. Je me surprends parfois (souvent?) à redire des phrases que ma mère à moi employait et que je m'étais juré de ne jamais prononcer. Comme j'ai eu la chance d'être élevée plutôt dans l'amour, ce n'est pas si mal. Mais ça doit être très difficile pour quelqu'un qui a été traité durement dans son enfance de ne pas répéter ces abus sur ses propres enfants. Un combat constant, je suppose.

Gooba a dit...

J'ai souri en lisant ta phrase sur nos parents qui doivent se bidonner à nous regarder faire. Bien raison! Mais la plupart sont assez délicats pour se contenter de sourire en coin! :-)

Écouter les conversations que nos enfants ont entre eux, ça fournit des moments magiques!

Joss a dit...

Tu sais, quand je lis tes histoires, j'envie tes gars de vivre dans "une grosse famille" - Je les envie (gentillement, il va sans dire!) de pouvoir avoir des conversations et de sécahnges entre frères...
Je les trouve chanceux aussi de vivre une vie d'enfant, et d'ado...
...
Je les aime tes histoires.
;)

Grande Dame a dit...

Femme libre, j'entends aussi ces étonnantes paroles déja entendues sortir de ma bouche!

Tu as raison Gooba, miam, ils me font rire mille fois par jour (quand ils ne m'exaspèrent pas) ;-)

Joss, je te les prête si tu veux? :-)

Joss a dit...

Non, Ça va, je risquerais de me sauver avec!
;)
XXX