jeudi, février 08, 2007

Gesticulation féline

Certains soirs bénis, la réceptivité et l'ouverture impromptues de votre jeune adolescent vous donnent particulièrement envie de vous rapprocher de lui.

C'est alors que vous en profitez pour vous immiscer doucement dans son univers et qu'il ne vous repousse pas. Naturellement, vous vous étendez sur le grand lit et il fait de même face à vous. La discussion est fluide et naturelle. Le (feu) chat, heureux du potentiel d'affection à sa portée, vient s'installer entre vous et se met à ronronner.

Votre aîné gratouille le ventre de l'animal qui se tortille de bonheur tandis que la discussion mère-fils se poursuit, vous donnant la satisfaisante impression de n'être pas, pour une fois, indisponible et toujours occupée. Vous le caressez aussi. Zattara est aux anges.

Votre aîné étant de nature plutôt introvertie, vous appréciez les moments où il se permet des presque confidences sur différents sujets.

Jugeant soudainement opportun d'interrompre ses caresses, votre jeune garçon embarrassé retire sa main du ventre du chat. Vous sentez le malaise et le questionnez du regard.

Il se justifie aussitôt: "Je pense que je suis mieux d'arrêter (rouge de gêne)...Regarde-le...."

-Oh.

Vous souriez intérieurement en apercevant la tumescence rosée dans le poil gris. Votre fils est déconcerté et regarde partout à l'exception de la zone proscrite par sa conscience.

Ayant déjà vu pire, vous ne jugez pas bon de vous attardez sur si peu. Vous poursuivez donc votre discussion avec lui.

Subitement, ce dernier sursaute et se met à hurler. Vous regardez autour, cherchant la cause de cette soudaine hystérie. Horrifié, il saisit avec dégoût le cabot par le chignon, ouvre sa porte, met un pied dehors, ouvre la porte de chambre de son frère et projette avec conviction l'animal stupéfait sur le lit en ne manquant pas d'alerter la maison entière du fait que "C'est dégueulasse, OUACH, quel sale cochon, je ne veux plus jamais le voir dans ma chambre!".

Il rentre illico dans sa chambre commme on le ferait dans un abri nucléaire à Tchernobyl. Puisqu'on n'est jamais trop prudent, il verrouille.

Son sens dramatique l'emportant sur son bon sens, il continue de hurler que le chat a éjaculé sur lui, que c'est dégueulasse, qu'il a éjaculé sur lui, que c'est monstrueux, que le chat a éjaculé sur lui et que c'est la pire chose dont il ait été victime. Parce que ce n'est vraiment pas jojo de se faire éjaculer dessus. C'est même franchement dégueulasse.

Entre-temps, votre second fils, friand de faits divers puissants et alerté (qui l'eut crut?) par les cris d'épouvante de son aîné, frappe violemment à la porte de la chambre en réclamant des détails croustillants (ou juteux, au goût). Il VEUT savoir.

Vous l'envoyez au bain en guise de réponse et sommez votre aîné de cesser sa crise d'hystérie, lui expliquez que le chat n'a PAS éjaculé sur lui, qu'il a probablement lui-même postillonné en parlant et que sa fertile imagination lui a fait confondre salive et sperme et qu'il n'y a pas lieu d'en faire tout un plat.

Avec découragement, vous le toisez se dévêtir en vitesse pour enlever ce chandail SOUILLÉ de sperme félin en tentant, encore une fois, de le calmer.

Le tenace curieux frappe toujours intensément à la porte en quête d'un savoureux détail sur l'incident qui lui est encore inconnu.

Vous élevez le ton lorsque vous lui répétez de se diriger illico vers la salle de bain.

Quelques instants plus tard, votre jeune ado enfin calmé, vous ressortez de la chambre et vous butez à un curieux pas encore propre qui écoute aux portes.

Vous prenez votre ton indiscutable et l'envoyez direct au bain. Penaud, il s'exécute. Puis s'arrête net au milieu des escaliers: "Maman? Qu'est-ce que ça veut dire "gesticuler"?"

D'un trait, vous lui répondez :"Gesticuler, ça signifie "faire des gestes dans toutes les directions de façon un peu désordonnée"" et vous le suivez au pas pour vous assurer qu'il monte.

-Ah.

Il monte une marche, s'arrête à nouveau, puis se retourne: "Mais maman? Zattara a vraiment "gesticulé" sur Frère aîné?"

-Oh que oui.

Le voilà perplexe. Vous voilà tentant de trouver une explication crédible et rapide. Vous insistez sur le "rapide" :"Zattara s'est mis à "gesticuler" vivement et dans toutes les directions. Ça a beaucoup, beaucoup impressionné Fils aîné. Il ne l'avait jamais vu comme ça."

Il tente d'intégrer tout ça, l'air un peu douteux.

-Allez, file au bain.

Il monte les escaliers. Pour de bon. Fiou. Et bon débarras.

5 commentaires:

Marchello a dit...

Grande Dame, ça va pour tout de suite mais y va revenir; La question n'est pas réglée. En attendant vous avez gagnez un peu de temps. Bravo.

Nathalie a dit...

Gesticulé... ha ha! J'espère m'en rappeler de celle-là en cas de besoin ;)

Cricri a dit...

Ha ha ha ! trop drôle !

Gooba a dit...

Gesticuler, elle est bien bonne... :-)

Tangerine du Québec a dit...

Ha ! Ha! quelle sale histoire !