mardi, septembre 22, 2009

Femme ou fille ?

Après lecture d'un billet de Peccadilles sur les femmes vs les filles, j'ai eu envie de vous partager une réflexion tirée de Tableaux (VLB éditeur), de D. Kimm - auteure québécoise très imagée et évocatrice que j'aime beaucoup lire- à ce sujet.

Voici donc:

"Je dis souvent que je suis une fille et pas une femme mais je suis incapble d'expliquer cela de façon rationnelle. Il s'agit d'une idée à la fois subjective et pourtant enracinée en moi. Disons que je vois les choses ainsi:

Les filles font ce qu'elles ont à faire quand elles doivent le faire. Elles ne sont pas abstraites. Elles ont des corps et elles sont violentes quand elles défendent leur espace vital. Les filles sont parfois seules et tiennent à le rester. Elles sont capables d'assumer leur solitude. Elles sont capables de marcher dans les injures, les larmes et la peur...sans trop trembler. Les filles sont intransigeantes et passionnées. Elles brûlent de partout à la fois, elles marchent sur une corde raide. Elles transportent au fond d'elles un geste raté, une demande avortée. Elles ont toujours perdu quelque chose, elles sont toujours un peu perdues. Les filles, quand elles y sont, elles y sont vraiment. Elles en mettent toujours trop, elles exagèrent toujours. Elles sont encombrantes, accablantes et puis elles se tiennent mal. Elles ont parfois des gestes épouvantables, juste pour voir. Elles veulent que les événements et les histoires aient un sens. Elles veulent aussi que ça saute, que ça explose -que ça fasse mal s'il le faut. Et parfois, ça fait mal.

Sincèrement, est-ce qu'une femme peut se permettre tout cela? Si oui, alors d'accord, je veux bien être une femme."

N'est-ce pas magnifique comme réflexion, animé, imagé, profond, violent et plein de légèreté à la fois.

Depuis un cours de création littéraire dans une autre vie je porte en moi comme une référence en poésie cette auteure qu'un jour, j'ai écoutée jusqu'à m'en faire vibrer d'émotions.

13 commentaires:

Véro a dit...

Je suis une fille dans mon tout mon âme...

L'Illustre inconnue silencieuse a dit...

Oh....je suis une fille et entière...

Une femme libre a dit...

Je suis une femme. Une femme est encore une fille mais bien plus encore.

Une femme libre a dit...

On naît fille, on devient femme.

Charlotte a dit...

je crois que nous sommes toutes plus ou moins restées filles. Mais un jour ou l'autre nous devenons mères et là tout bascule, le ciel prend soudain la couleur des yeux de notre enfant et tant de choses qui nous semblaient importantes s'effondrent d'elle-même...

Peccadilles a dit...

Je crois que je suis encore une fille...

La Belle a dit...

J'aime ce que Charlotte a dit !

Anonyme a dit...

Ben...ça l'air que je suis vraiment devenue une femme, parce que tout ce qui brassait si fort en moi, me prouver aux autres, devenir quelqu'un de génial socialement, exploser, angoisser en recherchant un sens à cette folle existence...S'est bel et bien calmé en moi.
Tant mieux pour toutes celles qui, à 20 ou 30 ans, arrivent à être des filles-femmes pleinement «...capables d'assumer leur solitude. Elles sont capables de marcher dans les injures, les larmes et la peur...sans trop trembler.» Moi ça m'en a pris un bon quarante. Je crois, comme Charlotte, que ce sont nos enfants et, bien sûr les aléas de la vie, qui nous amènent à ressentir une confiance en nos capacités de «femme»... Mais pourquoi femme et fille seraient-elles dissociées?

France

Magnolia a dit...

Je suis donc une femme qui assume son côté fille dans ce cas!
C'est que j'ai de la classe et j'en suis fière!!!

Dominique a dit...

Femme qui sera toujours fille...
C'est de savoir agir, savoir se tenir, ma mère dirait, chaque chose en son temps...

Anonyme a dit...

Je vais peut-être te surprendre Grande Dame, mais moi j'ai passé par la fille et la petite fille pour devenir une femme.

La fille est peut-être disparue...je ne sais pas. Mais la femme est arrivée et bizarrement elle est toujours accompagnée de la petite fille....:-) celle qui veut de la crème glacée et qui n'en démorde pas ! ;-))

J'aime cet équilibre, il me garde émerveillée. Et puis ça prend une femme pour assouvir correctement les besoins d'une petite fille, la fille seule pour assumer cette tâche risquerait de mal faire par son imaturité...:-))

xx
cricri

Hop mama a dit...

Ouh la! Ça brasse ça :O))) Je crois que je suis trop souvent femme et que je devrais me permettre d'être plus souvent fille...

Grande Dame a dit...

Je crois que la part de "fille" est l'essence de ce que nous étions ado et qui ressort dans nos moments de folies, en-dehors des obligations et responsabilités qui finissent par nous assagir un peu.

Le côté fille est moins rationnel, plus organique, plus spontané, plus fou.

Le côté femme est plus mature, sage, raisonné même si l'aspect fille n'est jamais bien loin. Le côté femme est plus sensuel, plus assumé.

Question de perception...la mienne....