lundi, décembre 18, 2006

Réflexion maternelle

Voilà trois jours que nous donnons à Petit Caractère au Coconut son médicament pour soigner sa pneumonie.

J'observe mon petit garçon de cinq ans et me dis tristement que si notre Thomas n'avait pas attrapé ce sale streptocoque, il s'en serait tiré lui aussi comme son frère, avec les yeux cernés, les joues creuses et une vilaine toux. Il s'en serait tiré avec une simple pneumonie. Qui se soigne.

Nous nous serions probablement battus chaque matin avec lui pour qu'il avale la dose, nous aurions pesté devant son refus de la prendre. Nous aurions peut-être lâché un "Merde, Thomas!". Ou peut-être même un "Sacrament, Thomas" alors qu'il aurait fait le bacon les lèvres serrées.

Puis nous en serions venus à bout. Il aurait, lui aussi, pris du mieux. Le streptocoque n'aurait pas pu le tuer à cette vitesse folle. Thomas aurait soufflé ses deux bougies.

Et il fêterait Noël avec nous cette année.

15 commentaires:

Doulaya a dit...

Gros calin ma chérie xxxxx

Anonyme a dit...

C'est difficile... tellement injuste...

Ce soir, je veux filmer ma famille. Pour la garder près de moi.

xxxxx

BenP a dit...

:(

Anonyme a dit...

Beaucoup d'affection virtuelle

xxxxx

cricri a dit...

D'énormes fleurs de douceur pour toi et ta famille...xxx

mareeanne a dit...

sans mot...mais ne peut pas passer sous silence ce post........




donc calins et pensées t'accompagent.


marée
xxx

Anonyme a dit...

C'est l'histoire d'un père qui n'avait qu'un seul fils. Celui-ci se casse une jambe. Le père dit "quel malheur". La guerre se déclare. Le père dit "quel bonheur", mon fils ne peut aller à la guerre. Et l'histoire se continue en + et en moins.

Petit Thomas aux grands yeux bruns avait décidé que tout autour de lui,il ferait évoluer beaucoup de gens. Et il le fait encore.

Mais il t'apportera toujours et encore...tu verras bientôt. N'est-ce pas Noêl qui s'en vient? Je sais que tu le revois danser, se balançant sur un pied et puis sur l'autre. Et tu te dis "il n'est plus là." et c'est une dure réalité.

Il y a un vide, aussitôt le plein veut le remplir.

Après la pluie, le beau temps.

Nous les grands-parents avons pris sur nous aussi, une partie de votre chagrin et nous vivons encore le nôtre.

Mais, moi, ta maman, tu le sais, je suis toujours là et "Le jour comme la nuit, la nuit comme le jour, je t'aimerai toujours."

Et je remercie car j'ai encore 5 beaux petits enfants encore à chérir. Et une grande fille que j'aime énormément et dont je suis très fière.

Je t'aime tendrement ma chérie. Tu es belle de l'extérieur comme de l'intérieur.

Nathalie a dit...

Oh Grande Dame, beaucoup d'affection pour toi. Et tiens un câlin pour ta maman qui est aussi Grande que la dame.

Anonyme a dit...

Noël est toujours une période difficile quand on parle de deuil... Même s'ils sont fait, même si "Ça va!" à Noël, on repense à ceux d'avant et on soupire souvent...
...
Je te souhaite de magnifiques surprises et de nouveaux merveilleux souvenirs à chérir pour celui-ci, ma belle.
...
Merci de ta force. Merci de ta transparence aussi.
Tu es merveilleuse, le sais-tu?
XXX

Anonyme a dit...

Noël est toujours une période difficile quand on parle de deuil... Même s'ils sont fait, même si "Ça va!" à Noël, on repense à ceux d'avant et on soupire souvent...
...
Je te souhaite de magnifiques surprises et de nouveaux merveilleux souvenirs à chérir pour celui-ci, ma belle.
...
Merci de ta force. Merci de ta transparence aussi.
Tu es merveilleuse, le sais-tu?
XXX

Anonyme a dit...

Noël est toujours une période difficile quand on parle de deuil... Même s'ils sont fait, même si "Ça va!" à Noël, on repense à ceux d'avant et on soupire souvent...
...
Je te souhaite de magnifiques surprises et de nouveaux merveilleux souvenirs à chérir pour celui-ci, ma belle.
...
Merci de ta force. Merci de ta transparence aussi.
Tu es merveilleuse, le sais-tu?
XXX

Grande Dame a dit...

Tous, toutes, vous me touchez profondément. Je brasse pour vous mes fleurs afin que vous en respiriez aussi les effluves.

Momz, tu as enfin osé m'écrire un mot. Voilà, la glace est brisée. ;-)

Joss, le regard que vous portez sur moi me va droit au coeur...merci.

Belle d'ivory a dit...

calin un immense caliiiin!!

un gros, un enveloppant, un tendre, un étouffant qui en fait mal au dos....

Anonyme a dit...

Câlin aussi XX

:-(

Claudine a dit...

Il n'y a pas de mot pour exprimer tout la peine... C'est trop injuste...