jeudi, octobre 22, 2009

Le fils intouchable

Je pense à lui, le fils intouchable et rien à faire, je n'arrive pas à trouver le sommeil.

Il y a un gamin dans mon entourage. Douze ans. Du genre voyou en devenir depuis des années. Nous sommes plusieurs parents d'ex copains à le tenir désormais à l'écart à cause de son attitude (habile manipulateur, frondeur, insistant, tenace, téméraire), ses mauvais coups, l'emprise négative qu'il a sur les autres jeunes. Ce garçon est indigne de confiance. Chacun a son anecdote à raconter sur lui et on se conforte mutuellement de l'avoir écarté en entendant les histoires des autres.

--

Grand-Charme fait calmement ses devoirs à table, seul dans la cuisine. Il lève les yeux vers la fenêtre et bondit soudainement, sort dehors et invective au loin avec de forts vilains mots l'ancien camarade qui lance des roches sur les voitures qui passent.

Arrive ce qui devait arriver, plusieurs voitures touchées s'arrêtent, deux hommes débarquent des trois véhicules pour constater les dégâts, interpeler les deux voyous et téléphoner à la police. Mon homme intervient pour éviter que ça ne dégénère (l'un des hommes est vraiment fâché et aggrippe le fautif pour éviter qu'il ne se sauve). Nous réussissons à rejoindre la mère, lui expliquons la situation dans laquelle s'est placée son garçon et tout le tralala. Elle finit par débarquer chez-nous, nous informe que son garçon clame l'innocence, elle veut avoir notre version. Grand-Charme lui explique, Grand-Homme corrobore et complète, elle s'en retourne en nous remerciant.

Elle revient quelques instants plus tard avec son fils qui semble étudier avec attention la céramique de notre plancher. Elle souhaite confronter les deux garçons. Soit. Son fils nie, cherche des portes de sortie. La pauvre mère est désemparée, somme Grand-Charme de le dire tout de suite s'il ment. Elle ne sait pas comment gérer la situation. Son fils nie avec conviction, les pieds figés dans la céramique en fixant de préférence l'inanimé.

Je me fais violence pour ne pas secouer la mère de se réveiller sur les agissements de son intouchable fils. À croire que tout le monde dans l'entourage sait observer des évidences qu'elle ne voit pas, trop occupée à l'angéliser. Je m'adresse désormais directement au garçon qui trouve le moyen de fondre dans la céramique sans que la mère n'y voit quoi que ce soit, persuadée que chouchou est injustement accusé d'un délit qu'il n'a pas commis.

La femme doit rappeler la police qui semble-t-il a parlé d'une grosse somme à débourser, elle s'énerve et jette son dévolu sur Grand-Charme, "qu'elle considère comme son propre fils (pitié, non, pas d'une mère comme elle pour apprendre à mon fils à s'assumer), qu'elle a accueilli chez elle, comment a-t-il pu dénoncer son fils ainsi, elle aurait souhaité qu'il cherche à protéger son camarade"!

Grand-Charme de demeurer stoïque pendant que mon amie So explique à la dame que si Grand-Homme est intervenu, c'est justement pour protéger son fils du conducteur agressif, et moi de lui expliquer que si Grand-Charme est sorti invectiver son fils, c'était parce qu'il a eu la lucidité d'anticiper de fâcheuses conséquences.

La dame voudrait bien aller à la police et affirmer que ce n'est pas lui mais elle ne peut le faire à cause de mon fils, qui n'a rien dénoncé mais qui est quand même le seul témoin.

--

Je rage. Pourquoi? Je cherche. Parce qu'elle a tenté de culpabiliser mon fils? Bof. Sans doute un peu. Parce que je n'ai jamais pu apprécier cet enfant? Parce que même coupable d'une bêtise qui aurait pu avoir des conséquences pires que la grosse pock sur la Porsche et l'autre camionnette, la moûman le bichonnera encore pour le vilain traumatisme d'avoir dû affronter un monsieur mécontent? La victimisation du coupable. C'est ce qui m'enrage. Je sais pertinemment que cet enfant, parce qu'il sait mentir à ses parents, il saura toujours s'en sortir et avoir l'air du fils victime d'un malencontreux incident. Je ne sais honnêtement pas comment un enfant peut devenir un honnête et responsable citoyen si jamais ses parents ne lui accordent la chance d'assumer ses erreurs et de réparer.

La mère est dans le déni, tiraillée entre ce qu'elle souhaite être la vérité de son fils et la dure réalité. Elle refuse d'admettre ce que les parents de ses anciens camarades voyons clairement dans ce qu'est en train de devenir ce jeune. En m'adressant à eux j'ai été franche. Elle est repartie en évoquant la possibilité de poursuivre un des conducteurs pour voies de fait.

C'est terriblement triste. Le bénéfice du doute, toujours. Le gamin en abuse. Il est persuasif le petit. Une bombe à retardement.

--

J'ai lancé des roches aussi, enfant. Des oeufs, aussi. J'ai fait des niaiseries. On est jeunes, on est parfois con, on l'admet, on a un sermont ou une fessée, on se repent et on passe à autre chose. Lui? On verra.

23 commentaires:

Super-maman a dit...

Ouf... je ne voudrais pas être dans tes bottines !!! La situation m'enragerait tout autant, sinon plus !!!

Espérant que ça se règle rapidement... :0/

BéKa! a dit...

Y a rien de plus enrageant que de voir quelqu'un avec la vérité qui pend au bout de son nez et qui se refuse avec violence de la voir.
Je ne connais pas la situation de cette femme, mais elle a peut-être peur que son "infant ne l'aime pas" alors elle a prit sa défense pour "le show". Genre de mère qui rampe devant son enfant, qui ne vit qu'à travers l'amour que celui-ci lui donne...au compte goutte.

J'espère que ça va se régler!
(Je serais bien curieuse de connaître les invectives de G-Charme)

Anonyme a dit...

Mais il sera politicien municipal cet enfant...;-PP

Laurence

Grande Dame a dit...

Super-maman, ce qui me choque c'est le refus de voir la vérité. J'ai discuté avec le mien et il se sent très serein d'avoir dû confronter son ancien copain.

Béka, le fils est le 3e de 3 enfant. L'aînée est adulte, la seconde est ado (et vraiment gentille) et le p'tit dernier est seul à la maison de 6h30 à 18h. Selon une proche de cette dame, elle paie cher sa culpabilité de n'être pas plus présente pour son fils.

Celui-là a plus le profil contracteur...

Grande Dame a dit...

(Béka, ce sont justement les mots puissants et colorés employés par Grand-Charme qui ont chatouillé la fibre de la fierté de Grand-Homme et qui l'ont tiré à l'extérieur pour s'en mêler.)

Grande Dame a dit...

Il y a dans l'Odeur du café de Dany Laferrière une scène dans laquelle un voisin vient se plaindre d'une bêtise qu'un enfant (Dany jeune) a fait.

La grand-mère, qui élève l'enfant, nie fermement que son petit-fils ait pu faire une chose semblable. Elle réussit à dissuader le voisin (qui part) et aussitôt la porte refermée, elle invective son petit-fils, qui passe un fichu mauvais quart d'heure.

C'est ce que la mère aurait espéré. Régler ça "entre eux". Certains parents savent faire ça. Rendre conséquents leur jeune. Pas eux.

À trop vouloir protéger un voyou on n'aide en rien. Un jour ou l'autre on doit assumer.

Mme Cornue a dit...

En plus de ne pas le laisser gérer les conséquences de ses propres actes, j'ose à peine imaginer ce que fera ce garçon lorsqu'il sera confronter à la réalité du genre qu'il devra apprendre à 20 ans à gérer vraiment une conséquence grave... il y survivra pas le petit!

Maviopog a dit...

Oh... que de souvenirs !
Je me souviens... j'allais jouer avec un garçon en face de chez-moi qui était légèrement handicapé mentalement. Je m'en foutais, j'avais du fun avec lui et personne ne voulait aller jouer avec lui.

Un jour, sa mère a débarqué chez-nous pour dire que j'avais voler son porte-feuille... Elle m'a fait le grand jeu... mes parents ont douté de moi... Résultat des courses... la bonne dame a retrouvé son porte feuille dans sa voiture.

J'ai la quarantaine aujourd'hui et je ressens encore parfois ce doute de la part d'autrui... Ca laisse des traces !!

Méli a dit...

Dommage le déni, cet enfant a besoin que ses parents lui mettent des limites, c'est très important justement... Si on n'élève pas notre enfant, il risque de croître croche...

anne-isabelle a dit...

Le fils de mon copain a chopé un "ticket" pour flanage la nuit 118$. À seulement 13 ans il sortait la nuit quand papa ou maman faisait dodo pour ne revenir qu'à l'aube.

Mon copain voulait contester le "ticket" il a eu affaire à MOI! Le déni hein... Perso je lui ferait remboursé le 118$ jusqu'au dernier sous!

Pur bonheur a dit...

Ça me fait penser à la fois où mon mari et moi étions passé devant une cour d'école à l'heure du dîner. Nous étions en janvier, à -30C. La surveillante était bien au chaud à l'intérieur. Nous avons vu 2 grands de sec.5, à genoux par terre. Un dans la neige, l'autre à genoux sur un plus jeune, face contre neige. Il lui donnait des coups de poings dans les cervicales. Mon mari a baissé sa fenêtre pour lui crier de lâcher le plus jeune. Le petit tof lui fait une figure dans le genre 'de kessé tu te mêle toi$ '.
On klaxonne deux coups pour attirer un prof ou autre pendant que le grand continuait à fesser.
Mon mari a finalement sorti du véhicule pensant l'impressionner. Mais non! Le jeune fonce sur lui et mon mari qui venait juste de sortir du chiropraticien pour douleur au bras n'a pas eu d'autre choix que de mettre ses bras devant lui pour le bloquer.
Le ti-cul est tombé dans la neige et sa fierté du 'king de la cour' en a pris un coup. Nous sommes partis et certains jeunes avaient pris notre no. de plaque. Je n'y voyait aucuns problèmes, nous avions rien à cacher.
La police s'est présenter chez nous et imaginez vous donc que dans cette histoire qui s'est retrouvé en cour, mon mari était l'agresseur et le King, la victime!!
Quelques milliers de dollars plus tard, le juge a déclaré que mon mari avait fait son devoir de bon père de famille .
Plate à dire, mais si nous serions témoins d'un autre incident de ce genre nous passerions notre chemin...Comme bien d'autres le font déjà et je les comprend, les lois n'ont plus aucuns sens!

Nanou La Terre a dit...

Ah Grande-Dame,tu connais mes principes d'éducation...Et seul à la maison de 6hres30 à 18 heures...Je boue et pas à peu près... Cette femme ne sais pas quel tort irréparable elle est en train de faire à son jeune. On a ici un bel exemple d'enfant-roi.Dommage pour ce garçon. Je m'abstiens ici de dire ce que je pense du comportement de la maman....

Méli,
attention, bien élever un enfant n'est pas un gage de réussite. Personne n'est à l'abri. J'en sais quelque chose.

Pur Bonheur,
comme cette histoire est fâcheuse et désolante. Le règne de l'enfant-roi n'a plus de fin...

Milou a dit...

Ma grand-mère a eu 12 enfants, et elle a agit comme cette mère avec son onzième enfant... Certaines personnes pensent que c'est parce qu'il a été malade bébé...
Résultat, un parfait petit délinquant qui a pourri la vie de plusieurs pendant longtemps (et qui a fait 3 enfants dont il s'est hum.,... très mal occupé).
Ma grand-mère a compris son erreur sur le tard... Et son fils en était rendu à la menacer si elle ne vidait pas son compte de banque pour lui...

Crispi ou Djo a dit...

Cet enfant est comme ça justement à cause de l'attitude de sa mère. Ce comportement, on peut arrêter ça à 2 ans, limite trois. «Non mon homme, tu vas pas là. Tu mens, ça ne passe pas». Mais juste le fait qu'elle revienne chez toi avec lui et que malgré les témoignages, elle doute, voilà la petite brèche dans laquelle il s'infiltre. Depuis 11 ans. Et le pire, c'est que c'est le petit qui paye, c'est le petit qu'on isole et qu'on rejette alors que ce sont les parents qui n'ont pas fait et qui ne font pas leur job de parent.


Djo

Jane a dit...

Je seconde Djo qui souligne que c'est l'enfant qui paie pour les erreurs de parents. C'est triste :(

J'en vois à tous les jours des trucs du genre dans mon quartier... Au début je m'en mêlais pas vraiment, puis je m'en ai mêlé mais finalement je me retrouvais à jouer à la mère avec tout les kids... j'ai reculé un peu sans les bouder.

Et disons que j'espère fortement que mon fils seras capable de choisir ses amis.

La Belle a dit...

Selon mon expérience des jeunes que je cotoyais et qui était comme ça... Ça finit par leur retomber dessus car plus tard, adulte, maman et papa ne sont plus là pour les protéger...

Dommage mais il apprendra probablement à la dure plus tard et ses parents réaliseront peut être (s'ils le réalisent un jour) l'erreur qu'ils ont fait... trop tard...

Une femme libre a dit...

Ce qui est rassurant, c'est que votre fils à vous a eu assez de sens moral pour dénoncer les actions du jeune voyou. Vous pouvez être fière de l'éducation que vous lui donnez. Les jeunes qui se sentent impliqués dans la justice sont ceux qui continuent leur implication à l'âge adulte, ceux qui changent les choses, améliorent la société, au lieu de regarder passer la parade. Grand Charme aurait pu penser que ce n'était pas de ses affaires, il a spontanément choisi de s'impliquer et de dénoncer. Il est issu d'une famille où on ose dialoguer avec les enfants des enjeux sociétaires. Vous pouvez être fière de votre fils.

Grande Dame a dit...

Merci pour vos commentaires. Je le pense aussi, c'est beau vouloir protéger son enfant, on le fait tous mais lorsque ça devient une nuisance pour lui qui développe des habiletés à mentir, devenir manipulateur et inconséquent, on se tire dans le pied.

Pur Bonheur, quelle histoire complètement débile ! Est-ce qu'en gagnant votre cause vous avez pu récupérer les frais d'avocats ? Ça joue parfois contre nous de vouloir aider son prochain mais c'est tellement naturel de le faire quand c'est quelqu'un de vulnérable comme un enfant !

Crispi, c'est triste. Tout l'amour de la mère devenu démesure et qui se revire contre elle (et contre tous ses autres enfants qui sont tellement légitimement les siens!). :o(

Femme Libre, je suis fière de lui. :o)

Nanou, c'est l'image que j'en ai, un enfant-roi. Je t'admire tellement dans la force que tu emploies à rendre ton fils conséquent. Tu es modèle et si un jour ça dérape par chez-nous, je tâcherai me souvenir de celle qui même déchirée sait tenir tête à son enfant malgré et surtout à cause de tout son amour.

Yannick a dit...

Hé merde....Il n'y a rien de pire que celle qui ne veut admettre que sa progéniture n'est pas parfaite.

Elle ne règle rien en le protégeant contre lui même. Il est sera surement bon à recruter malheureusement :(

Pur bonheur a dit...

Pour le voyou, non, aucune chance d'avoir un remboursement. Une famille de Bougon que j'ai vu à la cour. Après avoir su que nous avions une grosse Cadillac, le jeune a même essayé d'avoir un dédommagement pour son mal de fesses!!! Le juge lui a rit au nez. Par contre, les parents du jeune qui se faisait battre étaient là. Ils avaient vaguement parlé de nous compenser mais rien de tout cela n'est arrivé.
En plus ce sont des voisins...

Grande Dame a dit...

Pathétique.

Méli a dit...

Nanou, je parlais spécifiquement du cas décris par grande dame, mon argument ne s'appliquait pas à contrario... Je voulais dire que cet enfant a besoin qu'on lui pose des limites... pas que les enfants qui ont des limites vont nécessairement bien se comporter, mais bon, au moins si on fait ce qu'il faut, on a plus de chances... disons... que si on ne fait rien... Il y a beaucoup d'enfants rois et bien sûr, ils ne virent pas tous croches, mais ça n'est pas l'idéal...

Groopie et Mister B. a dit...

Pauvre petit, il cherche l'attention de sa mère...

On en connait tous un...

Au moins, tu sais que ton fils, lui, a les qualités requises pour ne pas se laisser influencer par les autres et devenir un grand homme!