jeudi, mai 12, 2011

Le quatrième jour, point tu ne travailleras

J'ai une barrière mentale à cause de ce cours à l'université. La pression est si grande que je ne m'autorise plus rien d'autre tant que la fin n'est pas à ma portée. Sauf qu'à tant vouloir être efficace, je n'ai plus de plaisir (malgré mon intérêt pour le contenu) autour et ça, c'est carrément contre-productif. Le plaisir apporte l'équilibre, le travail forcé l'annihile.

J'ai donc décrété qu'aujourd'hui, malgré les échéanciers serrés, le cours n'existait pas. Je vais prendre le temps: le temps d'amener Frédéric chez le dentiste, de régler quelques soucis mis de côté trop longtemps, de prendre un latté en rédigeant ce billet, de passer à la fruiterie, de succomber à quelques morceaux d'été pour ma fille, de passer à la pépinière acheter les pousses qui manquent pour mon jardin, de passer du temps avec mes fils mais surtout, le temps et le droit d'oublier ce cours quelques heures.

À trop vouloir avancer, je bloque. Besoin de m'aérer l'esprit, d'y faire entrer des bulles d'oxygène, de couleur, de plaisir pour continuer de performer. 

Il y a fort à parier que mon inspiration estudiantine reviendra dès que la pression s'estompera. Pour l'instant, zéro culpabilité.

6 commentaires:

Élisou a dit...

Très très bonne idée! De telles pauses sont nécessaires, vitales même! Parions aussi que le plein de soleil et "d'oisiveté" sauront apporter un nouveau souffle à ce travail visiblement exigeant. Bon courage! (parole de celle qui a passé 4 mois au cloître = rédaction d'un essai pour ma maîtrise).

Grande-Dame a dit...

C'est généralisé, ces épisodes de non accès à Blogger depuis deux jours (qui bouffe les msgs en plus !)?

chatouille bonheur a dit...

Salut grande-Dame en plus ces rendu que j'ai quelqu'un qui post pour moi
byzarre en plus de ces deux jours d'interruptions.

Bon repos tu le mérite et bonne soirée.

Une femme libre a dit...

Vous êtes sage! Et... le dentiste,quelle merveilleuse façon d'oublier ses soucis. On aura beau dire, on aura beau faire, les responsabilités maternelles ne sont jamais bien bien loin. Bon, je ris de vous un peu là. Je vous aime bien, vous le savez.

Une femme libre a dit...

Oui, blogger nous à toutes et tous laissé tomber quelques jours.

Anonyme a dit...

Ah moi je croyais que c'était le SEPTIÈME jour qu'on ne travaillait pas... :-D lol Enfin, hormis ce petit détail, j'espère Grande Dame, que tu auras su bien en profiter... ;-) lol

Valéry xxxxxxx