lundi, février 21, 2011

Madame

Madame est une bonne mère. Elle a des principes. Des principes solides et inflexibles auxquels elle s'accroche pour garder tangible la ligne d'éducation qu'elle s'est fixée pour son enfant. Soucieuse et vigilante, elle adhère à à peu près tout ce que recommandent les moults spécialistes qui savent ce dont votre enfant a besoin. Par conséquent, elle n'aura jamais bu une gorgée de vin durant sa grossesse, aura évité le beurre d'arachides pour minimiser chez futur Enfant les risques d'allergies, elle ne dérogera à rien de ce qui pourrait menacer l'intégrité physique ou psychologique de son enfant. Madame pourrait avoir des envies ou des besoins mais la nécessité pour elle d'être fondamentalement irréprochable est si forte que jamais elle ne les entendra.

Elle lit, hoche docilement la tête, prend des notes. Elle approuve parfois aveuglément mais de toute sa bonne foi les dires de ceux qui détiennent une crédibilité reconnue. Idéaliste jusqu'à la moelle, elle est combattive et gravira toutes les instances nécessaires pour faire valoir et respecter les droits d'Enfant.

Madame sait. Si elle s'incline humblement devant les bonzes de la médecine et de la psychologie, elle sait généralement mieux que quiconque, y compris vous. Elle s'impose partout, lève l'index, cite, critique, dénonce, revendique, tasse. Elle siège sur le CA du CPE et est persuadée être en train de changer le visage du monde par sa présence et sa générosité d'esprit. Elle déverse dans chacun de ses gestes, dans chacunes de ses paroles son amour pour Enfant, sa conscience, sa noble volonté. N'en retirer aucun plaisir ne fait que consolider la valeur de son sentiment de sacrifice.

Madame a un petit orgueil que point elle ne s'avoue. Elle possède plusieurs admirables qualités mais pas celle de relativiser. Il n'existe pour elle qu'une manière de faire : la sienne. Elle condamne sans le savoir la créativité mais adhère sans se poser de questions aux renforts disneyiens de l'enfance éprouvés parce qu'ils ont fait leur preuve depuis des décennies où elle-même a trouvé réconfort trente ans plus tôt. Madame patauge allègrement dans son conservatisme, sauf si un article lui souligne une de ses grandes lacunes, qu'elle s'empressera de corriger avant de répandre à son tour la bonne nouvelle.

L'enfant de Madame écoute Bébé Einstein (et on voit que cela marche car Enfant a des aptitudes, on voit tout de suite qu'il est plus allumé que les enfants de son âge), compte religieusement les nouveaux mots qu'il apprend, les note et numérote soigneusement dans un livre afin de s'assurer qu'il évolue au rythme recommandé dans la Bible des nouveaux parents. Le cas échéant, elle prendra soin d'inscrire son fils de 17 mois sur la liste d'attente d'un orthophoniste. Madame se fait un devoir de mesurer son enfant aux autres pour s'assurer qu'il évolue bien (et idéalement mieux). Elle connaitra par coeur le poids de son enfant à 4-6-12 semaines, puis 6, 9, 12, 18 et 24 mois et s'affolera parce que son chéri ne sera pas vu en priorité à l'urgence lorsqu'il fera une otite.

Madame en connait beaucoup sur l'éducation des enfants. Elle sait, par exemple, que les enfants ont besoin d'une routine, qu'elle respectera coûte que coûte. Non, Enfant, tu te couches à 19h30, pas question de se lâcher lousse. Madame préfère la rigueur des statistiques à son intuition, à laquelle par manque de communication avec elle-même, elle n'a jamais laissé de place. Madame est en mesure de savoir ce que vous faites de travers ou pas avec l'éducation de votre progéniture. Discrète, elle fera de son mieux pour éviter de vous souligner votre erreur même si cela lui démange atrocement. Madame a entendu un de vos enfants débuter une de ses phrases par "Yo !" et mettra un certain temps à se remettre du laxisme des "parents d'aujourd'hui".

À bout de nerfs, elle finira par cracher ce qui la dérange dans le but altruiste de vous ouvrir les yeux : la cour d''école a une mauvaise influence sur les enfants et vous manquez de fermeté. Elle se targuera de savoir contrôler toutes les influences extérieures à la sacro-sainte sienne. Son fils -dans trois ans, quand il ira à l'école- ne débutera aucune de ses phrases par "Yo !". Ne lui viendra jamais à l'idée de s'exclamer "fastoche", "maudit mongol" ou pire encore, de subir l'influence de ses pairs et d'aimer les Pokémons. Son fils ne rotera pas, dira toujours s'il-vous-plaît, traversera toujours aux arrêts et utilisera toujours un mouchoir. Madame y verra personnellement.

Jamais nous ne verrons l'Enfant sans tuque de coton par une belle journée de printemps. En avril, ne te découvre pas d'un fil. Madame verra, occassionnellement, à venir s'assurer dans la cour d'école que fiston ait bel et bien enfilé sa tuque. Le cas échéant, elle écrira une lettre à l'enseignante avec une copie conforme à la directrice. Si besoin est, elle ralliera quelques parents dans son lobby des adeptes de la tuque. La direction d'école entendra souvent parler d'elle, qui se fera un devoir de parler au nom du droit des enfants et regardera les autres parents de travers pour leurs manquements éhontés.

Lors des sorties scolaires, Madame dévouée se fera un devoir d'accompagner le groupe. L'occasion lui permettra du même coup de parfaire l'éducation des élèves qui tournent autour d'Enfant, de s'assurer que le sien ne se blesse pas et de poursuivre ses efforts de lobbyisme auprès de la gent enseignante.

Madame monopolisera l'implication parentale dans les réunions de parents. Même si Enfant fonctionne bien, elle s'assurera d'optimiser sa plage horaire et d'empiéter sur celles des autres parents pour être bien certaine d'avoir pu donner son point de vue sur tout et surtout, que son enfant ne soit lésé nulle part. Elle vérifiera également que toutes les ressources nécessaires sont bien disponibles à l'école car selon les propos savants de Jean-Luc Mongrain, le système d'éducation est malade au Québec.

Le trente minutes de décalage de votre rencontre parent-enseignant, c'est à Madame que vous le devrez, alors qu'elle désirait avec la meilleure intention du  monde réformer l'école, régler le cas de l'enseignante qui a fait pleurer son fils en lui disant qu'il aurait pu faire mieux qu'un 71 % pour sa table de multiplications et démontrer hors de tout doute qu'elle est une bonne mère, qu'elle accompagne bien son fils comme il se doit dans son cheminement scolaire et son développement psycho-social, émotif et personnel sans s'avouer que cette rencontre représente pour elle une bienfaisante thérapie trimestrielle.

Madame validera chacunes des décisions prises par la direction pour s'assurer que son enfant n'y sera pas désavantagé. Son sentiment de gratification sera à son apogée lorsqu'elle apprendra que c'est sous son insistance que l'emplacement du micro-ondes a été modifié dans le gymnase sur l'heure du dîner. Elle y verra alors les retombées de l'influence positive que son implication a eue sur l'organisation scolaire.

Madame s'épuisera à cultiver ses idéaux mais cela n'a pas d'importance : elle l'aura fait pour Enfant. Il est tout ce qu'elle possède et c'est dans ces gestes que pousse le mieux son sentiment maternel.

25 commentaires:

vertelime a dit...

Épuisant de seulement lire tout ça! Pauvre madame. En fait, surtout, pauvre enfant...

Clo l'écolo a dit...

SURTOUT pauvre enfant !

Un père bohème a dit...

Pauvre enfant?? Au contraire, ceux qui voient dans ça un peu trop de contrôle dans la vie de l'enfant, je leur dit que c'est ce genre d'implication qui fait en sorte que plus vieux cet enfant se developpe de la meilleure façon possible. Je pense que l'on oublie trop souvent que des enfants ont besoin d'encadrement, de suivi de vigilance. Dans uns societé où nous passont de moins en moins de temps avec nos enfants et que par la suite on se demande où la societé a manqué dans son developpement, nous oublions que c'est notre responsabilité première de s'assurer que l'enfant grandit comem il se doit. Pas la garderie, pas l'école, pas l'enseignante, pas la télévision. Je suis de ceux qui veulent s'assurer que mes enfants auront l'éducation et l'attention qu'ils méritent et que je vais tout faire pour combler les lacunes, parfois par mon implication directe avec l'enfant, parfois par l'implication avec ceux qu'il cotoie au jour le jour.

Madame, je salue ton implication dans la vie de tes enfants car trop souvent on arrête de s'impliquer quand ils commencent l'école/garderie et on se reveille 15 ans plus tard quand on ne reconnait plus notre progéniture.

vertelime a dit...

Bien entendu, soit on est comme Madame, soit on est de ceux qui laissent la garderie et l'école les éduquer tout en leur donnant le minimum d'attention. Il n'y a rien entre les deux, c'est bien connu ;)

Mongoose a dit...

C’est sûr qu’il y a des excès dans les deux sens, mais à mon avis ça serait pas pire que les gosses apprennent à se moucher et à dire “s’il-vous-plaît.” S’il y a bien une chose qui manque à l’élevage des gosses en ce moment, c’est la discipline, pas la créativité.

maman a dit...

Madame doit être absolument hors d'haleine, mais elle aura fait son «devoir». Entendu ce matin à la t.v. un tout nouveau site qui offre de l'aide à plusieurs niveaux sur Internet ...àvotreaide.ca

Au cas, où Madame voudrait prendre un peu de répit ou tout simplement qu'elle manque de bras ou de temps pour tout accomplir.

Bonne journée.

Anonyme a dit...

Pouahahahahahahahaha... :-D Je suis morte de rire en te lisant ce matin Grande Dame... :-D lol Quelle calamité que ces mamans-qui-se-pensent-la-vertue-incarnée... :-D lol Et qui regardent de haut les mères indignes comme moi qui sont débordées de travail et qui font confiance à leur enfant aussi pour utiliser son cerveau pour certaines choses qui les concerne comme mettre ou non son bonnet... :-) lol T'sais un moment donné, on ne peut pas les suivre partout... :-) lol On peut vouloir être présent et s'impliquer dans leur éducation mais si on ne travaille pas et qu'on se fout sur le BS, est-ce que ça va être mieux pour eux??? :-) lol Enfin... lol

Je suis tellement d'accord avec votre remarque vertelime, dans le sens que c'est vrai que souvent, pour certaines personnes, il n'existe aucune nuance... :-o Ils ont leur marche à suivre apprise dans les livres de psys et tout est blanc ou noir, sans aucune place à la nuance et à la réalité parce que bon, entre ce qu'on lit dans les livres et la réalité parfois, il y a tout un monde... :-D lol Crime les enfants dans les émissions comme Caillou et bien ils écoutent bien peinards quand les parents leur explique quelque chose... lol Alors que dans la réalité, ils ne seront pas toujours aussi coopératifs... ;-) lol

Valéry

Unetelle a dit...

Que la mère de premier qui n'a pas été Madame lance la première pierre!

Avec le deuxième ou le troisième, un emploi à temps plein ou une vie monoparentale, Madame perd sa majuscule!

Être Madame n'est qu'une étape dans une vie. Si elle ne l'a pas compris, l'adolescence de sa merveille la fera tomber de ses talons hauts.

RAnnieB a dit...

Triple bravo à Un père bohème.

En effet, madame tombe sur les nerfs de plusieurs, sans aucun doute, et selon la personalité de son enfant, possiblement surtout sur ceux de ce dernier. Madame a par contre le courage de s'impliquer à 100% dans l'éducation de son enfant. Elle n'en laisse pas le soin à ''la société''.

C'est aussi évident qu'on élève pas un septième enfant comme un premier et dernier, qui peut-être, est venu après moult traitements de fertilité.

En bout de ligne, dans la mesure où l'implication parentale n'est pas néfaste au développement de l'enfant, on devrait être tolérant du style des autres parents.

Grande-Dame a dit...

Lecteurs, je vous aime. Je vous lis, je m'amuse, votre fougue me fait sourire-tendresse (crédit tendresse à Luce).

On trouve peut-être un peu de ramifications de nous-mêmes dans Madame.

J'espère qu'en dépit de mon engagement envers ceux qui me sont si chers, je n'ai pas été aussi pathétique que Madame.

On peut fort bien être un parent aimant, présent, amusant, impliqué et compatissant même en vivant comme une deuxième peau à Enfant chéri. Madame ne comprend pas cela.

Il faut lire que Madame ne travaille en réalité que pour sa conscience. Elle ne sait pas trouver le plaisir de l'assouplissement. Elle a la confiance fragile et marche constamment sur la corde raide. Tous ses oeufs sont dans le même panier et cela ne la rend pas heureuse.

Attention, Madame est engagée, mais MAL engagée. Elle le fait pour les mauvaises raisons et pourrait sans le savoir slaquer un peu. Si seulement elle savait comme la Terre pourrait tourner sans elle, elle en serait allégée ! Elle se met tellement de pression !

Madame mériterait de partir en voyage (sans Enfant), de s'éclater, de déroger à ses principes. Madame devrait fu...

Madame a besoin de se décoincer des rôles capitaux qui l'emprisonnent dans d'empoisonnantes conventions.

Ah, Madame, venez prendre une bouteille de vin avec moi et relaaaaaxez...

Anonyme a dit...

Ben moi Madame ne me tombe pas du tout sur les nerfs RAnnieB... ;-) Elle peut bien vivre sa vie comme elle l'entend ça la regarde... :-) Tant qu'elle n'essaie pas de me juger dans ma façon d'élever mes enfants même quand je ne suis pas aussi à cheval sur les grands principes... Je trouve même aussi un peu triste pour elle qu'elle se stresse à propos de tous ces petits riens... :-o Certaines de ces dames (on en connait tous) sont très anxieuses et ne se font pas du tout confiance: difficile d'être "parfaite"!!! :-o

C'est sûr qu'on élève pas le septième comme le premier... Mais bon, ça me titille toujours un peu de lire qu'un enfant, surtout si conçu après plusieurs FIV, doit avoir forcément plus de valeur aux yeux de ses parents que celui qui a une nombreuse fratrie... :-S Comme si, dans une famille nombreuse, chaque enfant avait moins de valeur que l'unique du voisin... :-S J'en ai six et je peux vous assurer que ce n'est pas vrai... Et que ce n'est pas parce qu'on est pas toujours omniprésent dans la vie de ses enfants que ça veut dire qu'on ne les aime pas et qu'on les néglige... :-)

J'aime beaucoup votre message Mme Unetelle... :-) lol C'est vrai qu'avec le premier on est souvent des Madame et qu'on apprend à relaxer et à se faire confiance avec le temps... :-) Heureusement!!! :-o

Valéry

Mamantroispointzero a dit...

On est toutes un peu «Madame» parfois et en même temps, on connaît toute une «Madame» dans notre entourage qui nous tombe sur les nerfs.
J'adore ton texte!

Grande-Dame a dit...

Val, cela est plutôt exceptionnel, j'en conviens, mais je suis totalement en accord avec ton dernier commentaire.

Grande-Dame a dit...

Ça mérite que je le souligne.

Grande-Dame a dit...
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Nanou La Terre a dit...

Un père bohème,

je suis totalement en désaccord avec vos propos.

Je n'appelle pas cela éduquer, voir aux besoins et vouloir le meilleur pour son enfant. Non, moi j'appelle ça du contrôle maladif et de la sur-protection!

Apprendre à un enfant à être autonome, c'est aussi lui apprendre qu'il existe d'autres règles ailleurs que chez lui, que la vie ce n'est pas une bulle remplie de ouate sur laquelle jamais on ne se butera!
Je pense qu'il faut assumer son rôle de parent et laisser les autres accomplir leur rôle.

De quelle lacunes parlez-vous? De celle de votre non présence auprès de vos enfants? Vous êtes un être libre. Personne ne vous empêche de passer plus de temps avec vos enfants, c'est une question de priorité!

Ce n'est pas aux parents à dicter la façon d'agir aux enseignants, on appelle ça le respect. Et, c'est à nous à apprendre aux enfants à respecter les règles de l'école, comme de respecter les règles de la vie en société, point!
La plus grave erreur qu'un parent puisse faire c'est de se mettre à dos un enseignant devant leurs propres enfants!

Tania a dit...

Pfff. J'ai l'impression que certains des traits d'une telle mère sont possibles et même déjà vus, mais....connais-tu vraiment une telle mère dans sa plénitude, dans sa totalité? Quelle horreur...

Éléonore a dit...

Je lis ce message et je suis perplexe. Visiblement Madame est une caricature que l'on vise à rendre le plus ridicule possible, donc le moins crédible également.
Je sens aussi un petit quelque chose qui vous gratte par en dessous, un petit règlement de compte ? C'est correct, les blogs sont aussi des défouloirs.

Pourtant sans honte que je me retrouve dans certaines conduites de Madame et je suis loin d'être ridicule, débile ou sénile :)

Des principes, j'en ai eu, j'en ai et j'en aurai et j'y vois auncu mal, au contraire, ce sont ces principes, tel que l'honnêteté, le respect de l'autorité, le gout de l'exercice physique, de l'ouverture à une nourriture variée, etc qui ancra ma conduite parentale et assura la stabilité de mes enfants.

J'ai eu de la discipline et des idéaux et pourtant aujourd'hui je ne suis pas plus épuisée qu'une autre, peut-être moins même parce que j'ai évité maintes discussions sans fin, maintes dérapages, maintes rattrappages douloureux.

Et même si j'ai été de tous les comités, de tous les conseils, de toutes les réunions, je n'ai jamais senti que je dérangeais le personnel enseignant, au contraire.

Au final, les miens sont élevés et la dernière aura 18 ans dans quelques semaines et je suis plutôt fiere du résultat. Et mes relations avec les 3 sont excellentes, à mes yeux mainetant c'est ce qui compte le plus ♥

Grande-Dame a dit...

Z'avez une jolie acuité Eleonore.

Madame me tape sur les nerfs, surtout que la rencontre parent-enseignants était la semaine dernière et que grand bonheur m'en fut d'en croiser plusieurs.

"Madame" est un le reflet de plusieurs mères tout à fait aimantes et respectables mais dont les aspects les plus irritants ont été fusionnés pour les besoins de la satyre. Mais ne vous y méprenez pas: Madame existe (hélas) vraiment ! :o))

Celles qui ont compris dans ce billet un mépris des principes ou de l'engagement: prenez garde !

Qui n'a pas de principes, de valeurs? Ce n'est pas l'engagement que je condamne mais le sur-contrôle, l'envahissement du parent PARTOUT dans les univers de son enfant de la manière la plus maladroite qui soit, même si d'excellente foi, la tendance à mettre son enfant constamment au-devant de tout, à chercher à le préserver continuellement de tout sans jamais lui laisser une once de liberté vraie.

Oui, le besoin incommensurable d'attention de Madame me tape sur les nerfs.

Mongoose a dit...

“Il faut lire que Madame ne travaille en réalité que pour sa conscience. Elle ne sait pas trouver le plaisir de l'assouplissement. Elle a la confiance fragile et marche constamment sur la corde raide. Tous ses oeufs sont dans le même panier et cela ne la rend pas heureuse.”

Il faut se rendre compte quand même que ce qui fait plaisir aux uns ne fait pas forcément plaisir aux autres. Si elle ne “sait pas trouver le plaisir de l’assouplissement” c’est peut-être simplement que tout le monde ne prend pas plaisir à l’assouplissement. Bien que ce soit apparemment une des “valeurs” du moment, faire tout à “l’instinct” et au plaisir n’est pas mieux, plus efficace ni moralement supérieur à son contraire. Et justement les gens qui travaillent à la créativité ont très souvent la confiance encore plus fragile que les autres, et ils ont bien raison puisque leur travail n’est pas bien fait. Ça se voit moins dans l’élevage des enfants, mais dans les autres ouvrages il y a “bien fait” et “mal fait” et la discipline réussit bien mieux que “l’instinct”. Donc quand on a la discipline d’apprendre et de bien faire les choses, on a confiance en son ouvrage, et on ne pique pas une crise de nerfs dès que quelqu’un critique, comme font beaucoup de gens, parce qu’on sait qu’on a bien fait.

D’ailleurs pour “faire confiance à l’enfant” comme un de tes lecteurs le dit, ça aide beaucoup de l’avoir élevé avec un bon sens de l’ordre et de la logique.

Faire comme on veut parce que ça fait plaisir, ça ne réussit à personne.

RAnnieB a dit...

@Valéry,

Mais où avez-vous lu dans mon commentaire qu'un 7ième enfant aurait moins de valeur qu'un premier ?

Je faisais référence au comportement du parent envers l'enfant et non de la valeur de ce dernier.

Concept (celui d'apposer une valeur à un être humain) qui me répugne d'ailleurs.

Mme Cornue a dit...

Ceux qui ont mal compris n'ont lu qu'au premier degré. Coudont faut-il en avoir eu plusieurs pour voir tout le ridicule de cette Madame qui capote un peu trop sur le "Mieux vivre avec son enfant" ??

En tout cas, moi j'aurais pas le temps des tous les suivre à la trace ainsi. Je suis moi aussi une personne qui a des besoins. Mais quelle mère indigne je fais!

Ceci dit la Madame risque d'avoir de belles surprises avec Enfant lorsqu'il sera rendu à l'âge honorable, si ça ne finit pas par un suicide parce que jamais apprit à gérer les obstables!

BéKa! a dit...
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
La blogeuse masquée a dit...

Moi je la vois plus comme la mère qui érige un autel pour son enfant. Il est le dieu de son univers. À ses yeux, il est l'être humain le plus important sur cette planète et tout un chacun devrait s'en rendre compte. Elle le met à l'avant plan en toute situation. Elle veut qu'il soit remarqué et surtout remarquable. Il ouvre la bouche? Tout le monde doit se suspendre à ses lèvres pour y boire les paroles. Elle est présente partout pour y voir personnellement.
Comme elle a suivi à la lettre le guide du parfait parent, son enfant ne peut être qu'une réussite sur toute la ligne. Personne ne pourra jamais lui reprocher d'avoir fait un pas de travers, un oubli aux répercussions incommensurables. Elle a vu à tout et n'a jamais failli dans son rôle de parent.

C'est en fait une Madame Toujours-Tout-Jamais. Une Madame Noir&Blanc.

Mais ça c'est ma façon personnelle de voir Madame. :-)

Une femme libre a dit...

Tiens, ça me fait penser (un peu, pas aussi caricaturalement quand même!) a une amie qui ne semble vivre que par sa fille unique depuis toujours. Une femme pourtant brillante, intelligente et créative, ne lui enlevons pas ses nombreuses qualités! La fille en question accouchait en fin de semaine. Mon amie s'est pointée à l'hôpital dès l'annonce du départ du jeune couple pour cet endroit. Elle y était avant eux, c'est tout dire! On l'a laissée dans le corridor mais elle n'a pu s'empêcher de demander régulièrement des nouvelles. Si bien qu'au bout de sept heures d'attente, c'est la doula (heureusement qu'il y en avait une) qui a dû lui dire clairement et directement, que sa présence dérangeait les jeunes futurs parents, que ça stressait l'accouchante de la savoir là et pouvait-elle s'il-vous-plaît rentrer chez elle. Ce qu'elle a fait, vaguement insultée. L'enfant est né dès que sa pauvre fille a su que sa mère avait quitté.