samedi, novembre 06, 2010

Le sentiment d'appartenance

À quoi est supposée se rattacher une mère dédiée à sa famille, souvent avec le sentiment amer du sacrifice, pour nourrir son essentiel besoin d'appartenance quand son réseau professionnel s'est effrité après plusieurs années, quand son réseau social s'est éparpillé sous le poids des années, des obligations, des intérêts et du temps de chacune, quand il n'y a pas de loisir significatif et rassembleur qui lui permette de secouer le statu quo?

Quelle est la suite des choses pour une mère qui a tout investi sur la famille depuis plusieurs années en regardant les réseaux de son homme se multiplier au même rythme que les siens se désarticulaient? Jusqu'où ce pernicieux écart peut-il vous mener quand ces réseaux sont essentiellement hermétiques et ne permettent pas vraiment d'osmose?

Oh...Albert...

12 commentaires:

Dr Maman a dit...

Où peut-on décrocher et faire fit de la responsabilité? Solidaire... tout comme mon statut FB d'hier...

Éléonore a dit...

Tes deux plus derniers sont encore bien jeunes, ils vont vieillir et de donner plus de temps libre.
Je n'ai pas 6 ans enfants, mais 3, j'ai trouvé des amies chez les mamans comme moi, dans les clubs sportifs ou j'ai été et suis encore bénévole, dans ma famille, sur internet, etc.
Une maman au foyer n'est pas obligée d'être seule.

Anonyme a dit...

j ai 6 enfants et je te comprends,,,
pas toujours facile même si on n'aime ca...je prends un cours de soir..et un autre de croissance pour me garder connecter aux gens..
»»Amy-Savon

Michèle a dit...

Lorsque j'étais jeune mère, c'est ce réseau de jeunes mères, celui là même où nous nous sommes connues qui me nourrissait. Ça, et mes trois "best friends".

Je puis comprendre qu'après 7 enfants, les aléas du développement de bébé, les gerçures et les nuits blanches perdent de leur intérêt par du trop déjà vu.

Par contre, le premier réseau a évolué, nos enfants ont grandit et nos intérêts se sont diversifiés.

Tu l'as quitté, tu avais tes raisons, mais il t'est toujours ouvert. Il manque toujours une fraîche dans ce groupe si solidaire.

xxx

Une femme libre a dit...

"le sentiment amer du sacrifice", il faut s'en sortir et ça presse. IL n'en tient qu'à vous, vous n'êtes pas une victime et vous avez tous les outils en main pour faire ce que vous voulez de votre vie.

Valéry a dit...

Fichtre je n'aurais jamais pu le faire Grande Dame ce que tu fais... :-S Je n'ai jamais travaillé des heures de fou... Mais dès un mois ou deux après la naissance de mes enfants, je reprenais tranquillement le travail, en prenant des petits contrats à la pige en rédaction, animation et secrétariat d'assemblée et en traduction... Même lorsque j'ai eu un an de congé maternité...

Voir du monde et rester en contact avec mes collègues, amis... C'était vital pour moi... J'espère que tu vas pouvoir te retrouver bientôt en tant que femme et en-dehors de ton rôle de mère... Tes derniers billets sont teintés de beaucoup d'écoeurement et d'amertume face à ta situation... :-( Si t'as envie d'une journée de balade avec les enfants et un café, fais-moi signe...

parciparla a dit...

Et via l'école, non? Mon réseau extra-professionnel s'y nourrit énormément, parents d'amis des enfants et aussi implication dans les activités de l'école. Et une chose amenant l'autre, on finit par se retrouver dans tout un tas d'activités!

Sinon, la bibliothèque, les activités de ta municipalités, les associations qui t'intéressent, etc... les portes d'entrée ne manquent pas!

Les premiers pas sont durs, mais ile ne tiennent qu'à toi.

Madame Unetelle a dit...

Se sentir si isolée avec un blogue si achalandé, quel paradoxe!

Financièrement, je dois travailler. Je réalise, en te lisant, à quel point la nécessité peut être plus bénéfique qu'on ne le croit.

Je dois retourner au travail plus tôt que prévu. Le coeur gros de laisser bébé derrière, mais aussi joyeux de pouvoir faire autre chose que de changer les couches!

Le salon arrive à grands pas. Quelle belle façon de se faire un nouveau réseau!

Elyse a dit...

Je te comprends tellement!!!
Très difficile de changer de vie , faire comme si l'ancienne vie avant les enfants n'existait pas...et après il nous faut encore tout recommencer à zéro...mais je crois que c'est la beauté de la chose aussi difficile que cela peut être moralement ,faire plusieurs petites vies en une seule une chance finalement!!!
Avec ta force, ton courage , ton intelligence et ta vivacité d'esprit je suis certaine que tu vas réussir à trouver ton juste équilibre malgré tout...

bibco a dit...

C'est un peu bête ce que je vais dire mais avec 7 enfants, tu as le plus beau qui soit.
De mes trois enfants le plus jeune a maintenant 18 ans, lorsqu'ils sont avec moi, tous les trois, je m'étonne encore que ces adultes viennent de moi. Mon réseau, il est là. Mes racines sont là.
Pour le moment tu aurais besoin de partage, mais si tu te sens seule maintenant, dis-toi que tu te prépares une moitié de vie où tu risques fort peu de le devenir.

Nanou La Terre a dit...

Faut te former tes propres réseaux, ce sont les seuls importants. Ceux de ton homme sont les siens, uniquement, et, ne sont pas plus importants que les tiens...Go!

Nanou La Terre a dit...

J'aime bien le commentaire de Femme Libre...
Je t'embrasse fort xxx