dimanche, avril 17, 2011

Le transport en commun

On réalise qu'on ne prend pas souvent le transport en commun quand notre fils de cinq ans, en autobus...

-arbore un grand sourire de "première fois" même si ce n'est pas la première ;
-étudie avec attention le système de corde, bouton rouge et clochettes pour demander un arrêt ;
-garde son doigt près du bouton rouge durant tout le trajet en se retenant de ne pas appuyer dessus, anticipant le grand plaisir que ce sera ;
-demeure bouche bée lorsque le son de la clochette se fait entendre sans qu'il n'ait encore appuyé sur le bouton (dont il croyait avoir le contrôle absolu) ;
-vous demande, avant de prendre le bus, si ce sera un bus à deux étages (comme à Rome)

On réalise qu'on ne prend pas souvent le transport en commun quand notre fils de cinq ans, en métro...

-vous demande il est où, "l'aéroport du train" ;
-exige de mettre lui-même le ticket dans la fente ;
-s'agite de bonheur en voyant des escaliers roulants ;
-demande comment le conducteur du train va faire pour savoir où on va puisqu'on ne lui a pas dit ;
-se couche presque par terre en réaction à la demande de son père de ne pas aller au-delà de la ligne pour observer le train s'aligner sur les rails qui vont dans la direction opposée (la nôtre) ;
-s'exclame haut, fier et fort, lorsque le train est bien aligné sur ses nouveaux rails : "OK TOUT LE MOOONDE, LE TRAIN EST SUR LES RAILS, IL S'EN VIIIENT !!" comme s'il annonçait l'arrivée d'un événement exceptionnel ;
-vous assure que c'est la magie qui a fait changer le train de rails ;
-refuse de s'asseoir dans le wagon pour avoir la chance de demeurer debout, s'agripper au poteau et tester son équilibre;
-trouve l'idée de passer sous la rivière en train "dégueulasse" parce que ladite eau était brune ce matin ;
-affirme, sur le trajet du retour en avant-midi, qu'il a trouvé ça vraiment chouette de passer "toute sa soirée dans le train".

Quand on parle de nos voyages et que Frédéric désire joindre sa nostalgie à la nôtre, l'objet de son ennui va plutôt aux petites télés dans les avions qu'au voyage lui-même. Non mais on l'a dit mille fois, le bonheur n'est pas une destination à atteindre, c'est une manière de voyager....

6 commentaires:

Looange a dit...

Ça me rappelle mon fils quand on prenait l'avion :) un vrai paquet de nerfs :).

C'est dommage qu'il n'y ait pas de transport en commun comme ça à Victo, ils s'amuseraient bien :)

Élisou a dit...

Ça me donne presque envie de prendre le transport en commun avec mes enfants! Quelle vision idyllique en ont-ils, n'est-ce pas? Dommage qu'en vieillissant, l'engouement pour le bus et le métro prenne le bord et que notre attention se porte plutôt sur les minutes de retard (un classique chez nous), la surabondance de passagers aux heures de pointe et les conversations privées qui ne le sont plus, tellement les interlocuteurs ne savent pas ajuster leur volume vocal...

Nanou a dit...
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Nanou La Terre a dit...

Sacré trésor va!Il me semble le voir avec ses grands yeux...
Je l'ai vu ce week-end avec Grand-Homme. Je trouve qu'il a grandi, vraiment!

Marie-Claude a dit...

Il y a un moment j'ai pris le métro avec ma nièce qui avait 5 ans à l'époque. Nous partions de la station Frontenac et seulement pour le plaisir nous nous sommes rendu à Lionel-Groulx sur la verte et après nous avons pris la ligne orange jusqu'à Montmorency. Tout ça pour revenir à Bonnaventure car nous allions au Centre Bell. La petite a adoré sont expérience car il n'y avait personne, méga tempête de neige oblige. Elle a été debout tout le long et s'est amusé à danser en tenant le poteau.

Une femme libre a dit...

Et un voyage en métro coûte pas mal moins cher que les centres d'amusement pour enfants qui poussent comme des champignons!