vendredi, février 17, 2012

C'est ça.

Ta manière d'établir une vérité pas toujours nuancée, de l'imposer comme universelle.

Ta manière de te manifester pour une chose: contester et discréditer.

Ta manière habile d'alterner ton ton entre mépris enjoué et indifférence avant de t'esclaffer comme si au fond tu étais totalement imperméable à tes propres opinions.

Ton incapacité à manifester de la simplicité, de l'attendrissement pour tes semblables.

Ton extraordinaire incapacité à faire preuve d'humilité.

Ton orgueil solide qui protège ta vulnérabilité que je connais bien et qu'empathique et respectueuse je n'ai jamais attaquée ni même soulignée.

Ta manière de camoufler sous une désinvolture théâtrale la pression que tu vis. Tu es fissurée de l'intérieur, je le sais, tu sais que je le sais, tu dupes pourtant beaucoup de gens qui ont confiance gratuitement en ce qu'ils voient. Tu mets tellement d'efforts à ne pas éclater.

Ta manière d'abuser de ce détachement faux auquel on ne croit pas quand on te déchiffre.

Ta manière de t'élever aux dépens des autres, de sourire quand tu n'y crois pas, de discréditer avant d'y jeter un cynisme laissant derrière un sillon de mépris.

C'est ça.

8 commentaires:

Isabelle a dit...

Juste ça? ;)

Mamanbooh a dit...

Ouf!!!

Nanou La Terre a dit...

Ouf, par chance c'est pas toi!xxx
Mais je ne peux faire autrement que de me demander de qui il s'agit...xxx

Une femme libre a dit...

On dirait que vous ne l'aimez pas beaucoup...

Pasko a dit...

Le côté sombre de beaucoup de monde... un peu de moi, beaucoup de mon chum! Ça veut pas dire qu'on aime pas quand on liste les défauts de quelqu'un, ses travers, ses tics... Ça veut juste dire qu'on le connaît très bien, qu'on l'observe, et qu'on sait qu'on peut attendre mieux de lui!

Grande-Dame a dit...

Votre vision rejoint la mienne Pasko. Ça ne veut pas dire qu'on n'aime pas, vous avez raison. Ça ne veut pas dire que les bons côtés n'existent pas non plus.

Ça veut simplement dire que ce côté sombre existe et que parfois, il prend trop de place. Que parfois, aussi, on peut finir par se tanner, par faire un pas derrière dans cette relation.

Marie-Julie Parent a dit...

Y a rien comme l'écrire et le nommer pour s'en dégager...du moins un peu ...

Sandrine B. a dit...

bonjour

j'arrive chez vous , de blog en blog,et la lecture de vos mots m'émeut ...ils auraient pu être les miens , vous les dîtes si bien ...
oui je peux l'aimer aussi FORT qu'il m'insupporte aussi